ZIO/ TRAITEMENT DE L’INFORMATION EN TEMPS DE CRISE SECURITAIRE : DES JOURNALISTES S’APPROPRIENT DES NOUVELLES METHODES

Spread the love

 Des journalistes de la presse privée de la région Maritime ont été formés sur des nouvelles méthodes de traitement de l’information en temps de crise sécuritaire, le mardi 9 août à Kovié dans la commune Zio 2, à 20 kilomètres au sud-ouest de Tsévié.

Cette formation placée sous le thème : « Médias et traitement des informations liées à l’extrémisme violent et au terrorisme », est la première d’une série de sessions. Elle est organisée par l’association « Initiative des journalistes africains pour la citoyenneté » (IJAC) en collaboration avec le Conseil national des patrons de presse, la radio Koz FM de Kovié et la coalition des organisations des jeunes contre l’extrémisme violent, ainsi que des représentants des forces, de défense et de sécurité. Cette initiative est un volet du projet « Togo Média Académie». L’objectif est d’outiller les professionnels des médias sur le traitement approprié des informations relatives à l’extrémisme violent.

Les participants se sont penchés sur la question du terrorisme et les mass médias, la collaboration entre les forces de l’ordre et de sécurité et les médias et aussi sur la nécessité de la redéfinition de la liberté de presse en temps de crise pour une responsabilité plus accrue du journaliste.

Le directeur de cabinet du ministre de la Communication et des médias, Franck

Missité a estimé que les objectifs de l’extrémisme violent restent encore flous ; d’où la nécessité pour les professionnels des médias d’adopter une attitude particulière de peur à relayer les idéologies des auteurs du fléau. Il a invité les journalistes à une restriction de leur liberté dans le traitement de l’information lié au terrorisme.

Le président de l’IJAC, Eli Goka-Adokanu a indiqué que les informations liées au terrorisme qui ne sont pas bien traitées, peuvent compromettre les efforts des forces de défense et de sécurité. Il a pour cela évoqué l’urgence d’une collaboration entre les forces de défense et de sécurité et les médias.

Pour se faire entendre et pour entamer la quiétude et la paix des populations dans les différentes communautés où il est exercé, le fléau de l’extrémisme violent et du terrorisme s’appuie sur l’information. Pour cela, les professionnels des médias se doivent d’adopter de nouvelles méthodes dans le traitement de l’information afin d’éviter de faire la propagande ou la publicité au terrorisme et à l’extrémisme violent. A ce sujet, le choix des messages et des images impose alors au professionnel un traitement rigoureux de l’information. AKM/SED

Digiqole ad
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp