TOGO : LA 25ème JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE

 

 

L’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) a marqué le jeudi 3 mai à Lomé, la 25ème célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse par une conférence-débat sur le thème mondial : « Médias, justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir », animé par Me. Attoh-Mensan Sylvain, avocat à la cour.

L’orateur a signifié que cette journée est une initiative de la communauté internationale pour rappeler au monde entier le rôle « important » que la presse joue dans le renforcement de l’état de droit et dans l’enracinement de la démocratie.

Le thème de cette édition, a-t-il poursuivi, permet d’examiner les avancées de la liberté de la presse et d’expression au Togo, les obstacles majeurs qui empêchent cette liberté de s’exercer concrètement et les actions que doivent mener les journalistes et de façon collectives pour renforcer leur unité d’action, malgré la diversité et la multiplicité des associations et organisations de presse.

« Il est important que les journalistes se réunissent aujourd’hui, pour étudier les voies et moyens, afin que la liberté de la presse soit une réalité, qu’elle soit contrôlée et qu’elle joue son rôle de formation et d’information des citoyens », a souligné l’intervenant.

Me. Attoh-Mensan, a indiqué que les médias comme la justice doivent jouer le rôle de limitation d’excès de pouvoir que la Constitution confère aux pouvoirs exécutif et législatif.

« Lorsque des pouvoirs ne trouvent pas de contre-pouvoirs ou des limites à leurs fonctionnements, ils en abusent. C’est ainsi que lorsque l’exécutif et le législatif tombent dans les dérives et que le pouvoir judiciaire ne peut pas les rappeler à l’ordre, le pays tombe dans un Etat d’anarchie », a-t-il dit. D’après lui, la presse et la justice sont là pour rappeler la légalité républicaine qui doit être le soubassement de toute action des dirigeants ».

Selon l’avocat à la cour, la presse togolaise est d’une grande indépendance à telle enseigne qu’elle en abuse parfois. Il a ajouté en effet, qu’il urge que cette dernière fasse en son sein, un ménage adéquat pour pouvoir répondre à sa fonction de divertissement et d’éducation des citoyens.

« Les journalistes doivent s’écarter de leur jouissance à détruire la vie privée des gens, à s’attaquer à l’ombre au lieu de s’occuper de la proie et perdre sa fonction, ainsi que sa contribution en la consolidation de la démocratie. Les journalistes aujourd’hui doivent mettre l’accent sur les questions d’ordre socio-économique et culturel qui sévissent actuellement », a-t-il préconisé.

Le secrétaire administratif de l’UJIT, Pierre Agbanda, a pour sa part rappelé que la journée mondiale de la liberté de la presse, permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer cette liberté, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession et de se rappeler également des professionnels des médias qui risquent la mort ou la prison. « La presse privée au Togo joue un important rôle dans l’enrichissement de notre jeune démocratie, mais le constat est qu’elle travaille dans des conditions précaires, l’empêchant parfois de remplir convenablement sa mission. Il importe donc que tous les acteurs s’investissent pour créer des conditions meilleures », a ajouté Monsieur Agbanda.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *