Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé 2016

Le 7 avril, l’Organisation mondiale de la Santé se joint à la communauté internationale pour célébrer la Journée mondiale de la Santé. Cette année, l’accent est mis sur la prévention et le traitement du diabète.

Le diabète est une maladie chronique se caractérisant par une concentration élevée de sucre dans le sang qui peut provoquer avec le temps des atteintes graves des organes vitaux du corps, y compris une gangrène au niveau des pieds aboutissant souvent à l’amputation. Le diabète constitue une cause majeure de mortalité prématurée et d’incapacité.

Il existe deux principaux types de diabète : le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Le diabète de type 1 se caractérise par une production insuffisante d’insuline dans l’organisme. Les personnes touchées par cetteforme de diabète requièrent une administration quotidienne d’insuline. Le diabète de type 2 résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. Ce type de diabète représente 90 % de tous les diabètes et touche de plus en plus au sein les tranches d’âge plus jeunes. La mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique, le tabagisme, l’usage nocif de l’alcool, l’obésité et le surpoids sont quelques-uns des facteurs du diabète de type 2.

À l’échelle mondiale, le nombre de personnes diabétiquesa fortement augmenté, passant de 108 millions sujets diabétiques en 1980 à 422 millions de diabétiques en 2014. Cette forte augmentation s’explique par l’urbanisation rapide et anarchique, la mondialisation et les changements majeurs survenus dans les modes de vie des populations, qui se traduisent par une hausse des facteurs de risque imputables aux modes de vie. Le diabète fait peser une lourde charge de santé publique et socioéconomique sur des pays déjà confrontés à une pénurie de ressources.

En vue de prévenir le diabète, chaque individu doit : maintenir un poids corporel normal ; faire régulièrement de l’exercice physique ; adopter un régime alimentaire sain caractérisé par une consommation suffisante de fruits et légumes ; éviter ou arrêter le tabac, et éviter tout usage abusif de l’alcool.

Le diagnostic précoce et le traitement s’avèrent essentiels pour éviter les complications liées au diabète. Il est également important d’accroître la sensibilisation du public au problème que pose le diabète afin de réduire le nombre de personnes qui pourraient contracter cette maladie et en mourir.

Des mesures urgentes et concrètes doivent être prises pour régler le problème croissant du diabète dans la Région africaine. Par conséquent, au moment où nous célébrons la Journée mondiale de la Santé, j’exhorte tous les gouvernements à mettre en œuvre les mesures convenues sur le plan mondial afin de lutter contre le diabète. Le diagnostic et le traitement de cette maladie doivent être intégrés dans les dispositifs de prise des maladies non transmissibles, du VIH/sida, de la tuberculose et des autres affections chroniques. Il est essentiel de garantir l’accès aux moyens diagnostiques de base et aux médicaments d’importance vitale tels que l’insuline et les agents hypoglycémiques oraux à tous les niveaux du système de soins de santé, y compris au niveau des soins de santé primaires. Je lance aussi un appel aux partenaires au développement, à la société civile et au secteur privé, pour qu’ils intensifient les efforts afin de vaincre le diabète. Pour sa part, l’OMS reste engagée à fournir un appui technique à l’élaboration et à l’application de politiques et de stratégies visant la prévention et le contrôle du diabète et des autres maladies non transmissibles dans la Région africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *