COMMEMORATION DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LA DISCRIMINATION ET LA STIGMATISATION AU TOGO.

 

 

L’Observatoire Droits Humains et VIH a organisé le 1er mars au siège du Secrétariat Permanent du Conseil National de Lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS-IST) un atelier pour la 4ème réunion du comité de pilotage du projet d’appui au stockage de sécurité alimentaire. Cette journée commémorée au Togo depuis 2016, est placée sous le thème retenu pour cette 6ème édition « Agir pour changer les lois discriminatoires ». L’atelier a vu la participation des autorités gouvernementales, des partenaires techniques et financiers et des représentants des organisations de la société civile. Il a pour objectif de faire l’état des lieux de la discrimination et de la stigmatisation envers les Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH) et les populations clés en 2018. La rencontre a permis de valider les données de suivi des activités et de décerner 12 attestations de reconnaissance aux meilleurs bénévoles de l’Observatoire.

D’après les données recueillies sur l’ensemble du territoire, 281 personnes ont été discriminées et stigmatisées en 2018 dont les 3/4 sont des femmes. Ce chiffre est en hausse par rapport à celui de l’année précédente qui était de 277. Les cas recensés proviennent du cercle familial, du milieu professionnel et des prestataires de soins.

Selon l’Observatoire et ses partenaires, pour sauvegarder la dignité humaine dans le contexte du VIH et pour que des mesures efficaces et respectueuses soient prises contre les actes de discrimination et de stigmatisation, il est essentiel d’assurer la protection des droits humains des PVVIH et des populations les plus exposées notamment les populations clés. Ils soulignent que ces mesures ne pourront être efficaces sans la réalisation de tous les droits humains, à savoir les droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels ainsi que les libertés fondamentales de tous les individus. Pour eux, lorsque les droits humains sont protégés, le nombre de personnes infectées diminue et les PVVIH ainsi que leurs familles sont mieux protégées.

La directrice générale de la Consolidation de la Démocratie chargée des Droits de l’Homme, Madame Marcelline Mensah-Pierucci a rappelé les lois nationales et les conventions internationales ratifiées par le Togo dans le domaine de la protection des personnes en matière de VIH et Sida. Elle a fait savoir que la lutte contre la discrimination est une question de justice sociale, de dignité et de bon sens. A l’entendre, la journée du 1er mas vient rappeler à tous que pour parvenir à la réduction sensible du fléau du Sida, il est indispensable de sensibiliser sur la non-discrimination et l’égalité pour tous, afin que l’accès aux services de santé et aux services sociaux, des personnes infectées et affectées par le VIH soit assurer.

Le directeur pays de l’ONUSIDA et le président du Réseau des Associations des

Personnes Vivant avec le VIH (RAS+-Togo) respectivement, Dr Christian Mouala et M. Augustin Dokla ont relevé l’importance de la collecte et de la documentation des cas de discrimination et de stigmatisation. Pour eux, le Togo a fait d’énormes progrès dans l’offre de paquets de services, de prévention et de traitement mais si la discrimination et la stigmatisation perdurent, les PVVIH et les populations clés ne pourront pas accéder à ces services. Or l’accès à ces services, ont-ils précisé, est important en matière de dépistage et de traitement pour permettre à terme de supprimer la charge virale chez les personnes infectées. Dr Moula a promis que l’ONUSIDA de concert avec les autres partenaires continueront de soutenir cet Observatoire qu’ils trouvent innovant. M. Dokla a laissé entendre que les cas de stigmatisation recensés ont été référés auprès des magistrats, des forces de sécurité, des chefs traditionnels et des familles pour des actions appropriées.

Le coordonnateur du SP/CNLS-IST, Pr Vincent Pitché a souligné que dans le plan stratégique 2016-2020, un des aspects importants qui est assez transversal a trait au traitement humain et genre. Pour lui, c’est une problématique importante car l’un des goulots d’étranglement liés à la performance de la mise en œuvre des programmes et projets est l’aspect stigmatisation et discrimination. A ses dires, si les PVVIH et les populations clés à savoir les Hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres Hommes, les professionnelles de sexe, les personnes se droguant au niveau des voies intraveineuses et les prisonniers ne sont pas bien accueillies dans les structures sanitaires et acceptées par les familles et la société, elles auront du mal à accéder à la qualité des services déjà disponibles.

Pr Pitché a remercié tous les bénévoles et les partenaires qui appuient l’Observatoire tout en plaidant pour que cet appui continue afin d’aider cette structure à poursuivre son travail.

L’Observatoire Droits Humains et VIH a été mis en place en 2013 par le RAS+-Togo avec le soutien du SP/CNLS-IST, de l’ONUSIDA et du PNUD. Il a pour objectifs entre autres, de collecter et de documenter les cas se rapportant à la discrimination et à la stigmatisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *