AFRIQUE DU SUD: L’ANC SOUS HAUTE TENSION POUR LA SUCCESSION DE ZUMA

 

Johannesburg  c’est probablement l’élection à tête de l’Anc (african national congress) la plus importante de son histoire du 16 au 20 décembre, plus de 5 000 délègues du parti au pouvoir se réunissent pour élire leur prochain leader. Une élection qui se tient tous les cinq ans, mais qui cette année est particulièrement critique tellement les enjeux sont élèves : corruption, déclin du parti, mais aussi avenir du président Jacob zuma.

C’est une élection cruciale car non seulement celui ou celle qui va succéder au président Jacob Zuma à la tête du mouvement, lui succédera à la tête du pays, en cas de victoire du parti aux prochaines élections de 2019. Mais surtout parce que le plus vieux parti de lutte pour l’indépendance du continent est en pleine crise, miné par les divisions, la corruption et le népotisme. Et le choix du prochain leader va être déterminant pour l’avenir du mouvement.

L’ANC – en perte de popularité – a déjà perdu le contrôle de deux métropoles, Johannesburg et Pretoria, lors des élections municipales, l’année dernière. Et, selon Teffo Lesiba, politologue l’université de Pretoria, le mouvement historique de Nelson Mandela pourrait perdre les élections présidentielles de 2019 s’il ne se ressaisit pas : « Après 23 ans au pouvoir, l’ANC elle-même, reconnaît qu’elle fait face à une possible perte du pouvoir. Non pas parce que l’opposition est forte, mais parce que le parti est déchiré par les luttes internes… Les gens sentent que le parti est corrompu, son âme déchirée.. et met les intérêts des dirigeants avant celui du peuple… l’ANC s’est rendu compte qu’elle s’est mis à dos une partie de la population et qu’elle pourrait perdre les élections de 2019. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *