INTERVIEW :de Monsieur PANA Eyanawa Bernardin Architecte-Urbaniste DEIAU Directeur de l’Agence ART PRACTIC

Spread the love

Le développement de la ville de Lomé préoccupe plus d’un. C’est le cas de M. PANA Eyanawa Bernardin Architecte-Urbaniste DEIAU Directeur de l’Agence ART PRACTIC. Dans une interview accordée à notre rédaction, il demande la collaboration de tous pour rattraper le temps perdu : « Si au niveau de la profession nous pouvions nous organiser d’avantage avec l’appui de l’Etat, nous allions essayer de rattraper un temps soit peu ce qui n’a pas été fait jusqu’alors. »


Lomebougeinfo : Bonjour M. le Directeur, vous êtes architecte urbaniste, quelle différence existe-t-il entre un architecte urbaniste et un architecte géomètre ?
DG art practic : bonjour, je n’ai pas encore eu la chance de travailler avec un architecte géomètre mais vous savez, les formations professionnelles dans le domaine de la construction sont très diverses. L’architecte est par excellence le spécialiste de la conception des plans des ouvrages et édifices publics et privés. Il en dresse les plans et en dirige les travaux d’exécution. Le géomètre est le spécialiste du levé des plans et de la définition des coordonnés de l’espace et pendant l’exécution il peut participer à l’implantation des ouvrages complexe. L’architecte géomètre disposerait à priori de ces deux casquettes tandis que l’architecte urbaniste s’occupera plus de la conception et de l’organisation du cadre de vie que ce soit à l’échelle de la ville qu’à l’échelle d’une parcelle. Donc l’urbaniste c’est le spécialiste de la planification, de l’organisation et de l’aménagement de la ville. L’urbanisme est donc complémentaire à l’architecture.
Lomebougeinfo : Alors quel rôle les urbanistes comme vous, vous jouez dans le développement des villes africaines en général et de la ville de Lomé en particulier?
DG art practic : Permettez que j’aie un coup de cœur par rapport à cela. Nous avons la chance que dans certaine villes africaines il y ai des urbanistes qui exercent un rôle dans le développement de leurs villes notamment la ville de Ouaga qui n’est pas très loin de nous, où les urbanistes ont démontré leur savoir faire dans le développement de cette ville. En ce qui concerne le Togo, je vais plutôt avoir un coup de gueule, parce que nous sommes le pays qui abrite depuis plusieurs décennies l’une des plus grandes écoles d’architecture et d’urbanisme du continent ou nous avons plus de 14 pays qui y sont membres mais malheureusement on ne ressent pas dans l’aménagement de l’espace urbain de Lomé l’impact du travail des urbanistes. Je crois que nous avons beaucoup de travail à faire à ce niveau et je pense qu’au niveau de l’Etat togolais il ya un effort à faire pour accompagner ce travail la. Nous avons des spécialistes qui sont disponibles, là matière est là mais les choses se sont complexifiés du fait du régime foncier que nous avons. C’est-à-dire que la terre appartenant aux particuliers, ceux-ci font leur lotissement, revendent les parcelles, les acquéreurs construisent avant que l’Etat par le truchement des services de l’urbanisme n’arrive pour constater. Cela cause un grand problème de planification. Nous avons eu un schéma directeur de la ville de Lomé en 81 mais force a été de constater que vingt ans après à l’échéance de ce schéma directeur, son taux d’application est très bas. Nous avons une bonne règlementation mais son application pose problème.
Au plan réglementaire, au plan institutionnel, au plan humain, quelque chose n’a pas fonctionné. C’est ce qui explique que nous ayons à Lomé ce que je peux appeler « un désordre apparent ». Si au niveau de la profession nous pouvons nous organiser d’avantage avec l’appui de l’Etat, nous pourrions essayer de rattraper un temps soit peu ce qui n’a pas été fait jusqu’alors.
Lomebougeinfo : Vous êtes responsable d’une structure dénommé Art Practic, présentez nous votre structure.
DG art practic : Nous sommes une agence d’architecture, d’urbanisme et de design créé en 2005. Nous essayons d’apporter notre contribution à l’organisation de l’espace urbain et à la construction de villes africanisées. Notre démarche est axée sur les résultats c’est-à-dire la satisfaction des besoins de nos clients tout en apportant à l’espace urbain un plus qualitatif qui respecte les contraintes financières. Notre organisation est répartie en 3 pools recherche, design, exécution qui gravitent autour d’un pool conception. Cette démarche vise à utiliser l’art et la création comme un outil d’optimisation des solutions entre les formes et les fonctions tout en tenant compte des paramètres financiers. Le projet ainsi obtenu est un tout cohérant et singulier. L’objet artistique ainsi créé n’existe pas pour lui mais est la résultante des paramètres de fonctionnalité, de durabilité, de coût ainsi que de la prise en compte des contraintes du site et de son environnement. C’est une belle manière de mettre l’art et l’imagination au service du développement.
Lomebougeinfo: Vous êtes en charge de la conception et du suivi de l’école nationale de police qui sera basée à Davié, parlez nous de cet ouvrage.
DG art practic: Nous sommes attributaire de la 1ère phase de ce projet. C’est le gouvernement qui a initié ce projet dans le but de répondre aux exigences d’une formation de qualité pour les cadres et agent de la police nationale. A l’instar des grandes écoles comme l’EFOFAT, l’ESSAL, c’est une école à vocation internationale qui pourra à terme accueillir 600 élèves chaque année.
C’est un projet qui a plusieurs composantes : des salles de cours, des amphis théâtre, des espaces de restaurations et des espaces sportifs l’ensemble se déploie sur un site de 15ha. La 1ère phase qui devrait durer 8 mois sera achevée fin 2014.
Lomebougeinfo: Lomé est en chantier, croyez-vous en une urbanisation réelle de la ville ?
  Vous savez? C’est un plaisir d’avoir toute la ville de Lomé en chantier. C’est la preuve que les choses bougent et que Lomé bouge. Aujourd’hui au lieu de passer une heure d’un point A à un point B, les citoyens passent 30 mn voire 20 mn du fait de ces nouvelles voies qui ont été réalisées. Cela permet de redynamiser l’économie et d’accroître la mobilité urbaine.
Avec ces nouvelles routes nous avançons vers l’urbanisation et l’aménagement de nos villes car dit-on souvent « qui tiens la rue tiens la ville » Mais il faut accompagner cette action par une planification réelle c’est-à-dire une anticipation sur le devenir de la ville.
Lomebougeinfo : M. le Directeur, si on vous demande de résumer votre structure en quelques mots, que diriez-vous ?
DG art practic : Art Practic : « c’est l’art au service de tous ». On a coutume de penser que l’art est réservé à une certaine élite.
Par le biais de la création nous essayons de régler les problèmes entre la technique, la fonction et le et le coût. L’art peut aussi se résumer à la plus simple expression de ce qui mérite d’être : le beau le vrai et le juste.
Merci

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp