LA 2ème EDITION DU CONCOURS « NANAGAN » LANCEE

La deuxième édition du concours sous régional d’élégance et de valorisation de la femme africaine, dénommée ‘’ Nanagan’’ a été lancée, le vendredi 30 juillet à Lomé sous le thème « Rôle de la femme dans la riposte à la Covid-19 ». Ce concours initié par « Kayissan Dominique Atayi – Production» (KDA-Pro) en partenariat avec SIGMA corporation s’adresse à des femmes togolaises et béninoises répondant aux formes rondes de beautés africaines. « Nanagan » a pour ambition de valoriser la femme ronde dans toute sa splendeur, de les former à devenir des ambassadrices porteuses de messages à l’endroit des différentes couches socio-professionnelles des deux pays. Les activités de ce concours ont débuté depuis le 13 mars dernier avec le choix de 10 candidates rondes âgées de 21 à 30 ans provenant des deux pays à l’issus d’un casting. Plusieurs activités vont meublées cette compétition culturelle, entres autres, des formations en développement social, sanitaire et hygiénique ; et la connaissance de soi. Les candidates auront  également à débattre du thème « Rôle de la femme dans la riposte à la COVID-19 » et convaincre le jury que les femmes rondes ont aussi des talents cachées à valoriser dans la société.

La présidente du comité d’organisation de Nanagan, Kayissan Dominique Atayi a exprimé sa gratitude au Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), pour son souci de voir exceller les femmes dans tous les domaines en vue d’une évolution de la gente féminine en Afrique. Elle a également salué la contribution d’autres partenaires surtout en termes d’organisation de ce concours pour sa réussite. « Nous envisageons bientôt ouvrir le concours à d’autres pays de la sous-région et plus tard à toute l’Afrique mettant ainsi à chaque édition, le Togo sous le feu du projecteur », a-t-elle dit. La représentante résidente de UNFPA, Josiane Yaguibou a félicité la présidente d’avoir eu l’idée de donner vie à ce concept qui prend en charge les femmes rondes en coaching dans plusieurs domaines. Elle a rappelé que son organisation sera toujours à côté des femmes pour qu’elles puissent jouir de leur liberté totale. Pour la marraine de cette édition, Mme Henriette Olivia Amedjogbe-Kouevi, « Nanagan » n’est pas une invitation à l’obésité mais plutôt à valoriser la forme africaine. « Les femmes rondes sont ce qu’elles sont et le mieux est de les aidés à accepter telles qu’elles sont », a-t-elle ajouté. DTV/SED