Togo/Interview : « Nanagan est un concours dédié à la femme, nous pensons que nous avons toutes notre rôle à jouer dans la riposte à la Covid-19 », Mme Dominique Atayi

Spread the love

À quelques jours de la soirée apothéose de l’édition 2021 du concours d’élégance « NANAGAN », la directrice de l’agence KDA-PRO et présidente du comité d’organisation, Mme Kayissan Dominique Atayi, fait le bilan à mi-parcours et annonce les grandes innovations que connaîtra la grande finale qui se tiendra le samedi 4 décembre prochain à 19h00 à l’hôtel Petit Brussel à Baguida (banlieue de Lomé au Togo). Découvrir ci-dessous l’intégralité de cette interview.

Journaliste : À quelques semaines de la finale de NANAGAN, pouvez-vous nous faire le point de l’évolution des préparatifs ?

Mme Dominique ATAYI : À quelques jours de la finale de Nanagan, nous avons déjà fait un long chemin. Parce que depuis février et mars, nous avons sélectionné les candidates du Togo et du Bénin. Donc c’est 5 candidates du Togo et 5 candidates du Bénin. L’évolution des préparatifs se passent bien, c’est vrai qu’il y a eu un ralenti à cause de la pandémie à Covid19 mais ça ce n’est de la faute personne. Du coup les activités ne sont pas allées aussi vite que l’on voulait. Mais nous avons finalement choisi une date qui est le 4 décembre et tout se passe bien. Les filles vont rentrer en résidence bientôt pour 10 jours. Au cours de ces jours on va terminer toutes les formations qu’on a pas pu faire convenable : Chorégraphie, Shooting, Préparation de leur présentation de la finale. Déjà le lieu est connu, l’Hôtel Petit Bruxelles. La date ainsi que les artistes qui vont prester sont connus : Agboti Yao, Scarfo, Viviane Otoufo. Et on aura la présence de King Mensah qui est l’ambassadeur émérite de la première édition. Nous allons aussi fournir de petites surprises en forme de spectacles, de petites nouveautés. Nous sommes quasiment fin prêts, maintenant il faut inciter les gens à venir voir ce que Nanagan Édition 2 leur prépare, le reste est dans les mains du Tout Puissant.

NANAGAN, quelle est la vision d’une telle initiative au Togo ?

Il est important de rappeler avant toute chose que Nanagan est un concours d’élégance. Nous ne parlons pas d’un concours de beauté, nous estimons que la beauté, elle est individuelle, elle est différente selon l’endroit où l’on se trouve. Ce qui peut être considéré comme beau a un endroit, peut considéré moins beau dans un autre endroit. Par contre l’élégance, elle est universelle. Une dame élégante est reconnue de tous. Donc nous nous parlons d’un concours d’élégance et de valorisation de la femme africaine. Donc c’est comment mettre en avant la femme africaine sur plusieurs plans. C’est la vision générale de Nanagan, mettre en avant la femme en montrant autre chose que la beauté plastique. et ce concours s’adresse a des femmes rondes, en générale, elles sont exclues de la mode, elles vivent avec des clichés, grosse paresseuses, grosses qui ne peuvent rien faire, qui est gourmandes. Alors que sans défendre l’obésité ni incité à l’obésité, la rondeur n’est pas forcement lié à la gourmandise, il y a aussi des problèmes hormonaux. Donc la vision de ce concours c’est d’aider ces femmes rondes ne savent pas se prendre en charge à mieux se prendre à charge et à se dire qu’au delà de leurs morphologie, elles ont beaucoup plus que ça à mettre en avant, c’est pourquoi nous faisons beaucoup de formation à leurs endroit, formation sur la confiance en soi, formation sur l’estime de soi, formation sur l’engagement, sur l’entrepreneuriat, formation sur la mise en valeur. C’est vraiment une vision de positivité, une vision de mise en avant de beaucoup de choses qui ne se voit pas forcement à l’extérieur mais qui sont à l’intérieur, C’est le faite de se dire que on peut être différent selon les les codes donnés par la société, mais on peut avoir de très belle choses à mettre en avant, donc voila un tout petit peu ce que je peux vous dire sur la vision de Nanagan. C’est de pouvoir montrer que la femme africaine a beaucoup à mettre au service de sa communauté. Ces Nana sont préparés à être des ambassadrices de causes sociaux économiques. Nous parlons d’Afrique, du Togo et du Bénin en particulier.

«La femme et la riposte contre le Covid-19 au Togo» est le thème que vous aviez choisi pour cette deuxième édition. Pourquoi ce thème ? Quels sont les objectifs ?

Le thème de cette deuxième édition est « Rôle de la femme dans la riposte à la Covid-19 » . Nous savons tous que la femme est au cœur du foyer, les femmes sont celles qui garantissent l’hygiène de la maison, la propreté de la maison, la propreté des enfants, la sérénité pour toute la famille. ce sont les femmes aussi qui vendent au marché, elles garantissent aussi la propreté de ce qu’elles vendent aux personnes. ce sont des femmes qui sont des sages femmes des infirmières, femmes de sale, etc… Donc la femme a un rôle multifonctionnel dans la vie de la communauté. Il est important qu’elle joue son rôle pour aider les structures qui sont existantes en termes de prévention contre la propagation de la covid-19. Le gouvernement a joué son rôle et continu de le faire mais nous pensons que nous les citoyens nous avons notre rôle à jouer, c’est pourquoi nous avons axé une communication sur le rôle qu’a la femme dans la riposte à la covid-19, par exemple, nous avons fait tout une campagne de communication sur les réseaux sociaux en montrant la femme, comme maman qui prépare l’enfant pour aller à l’école en lui montrant comment lavé les mains , la femme qui vend au marché où elle doit laver les légumes quand elle rentre à la maison, la femme au cœur de beaucoup d’activité qui peuvent sensibiliser sur comment éviter de propager la maladie. En plus comme Nanagan est un concours dédié à la femme, nous pensons que nous avons toutes notre rôle à jouer dans la riposte à la Covid-19. Nos objectifs c’est d’accompagner le gouvernement dans ses efforts pour la sensibilisation à tous les niveaux.

Vous avez une marraine sur cette édition. Avez-vous les raisons de son intéressement à ce concours de beauté ?

Alors, oui nous avons une marraine, à la personne de Mme Henriette Koevi Amedjogbe, ancienne ministre de l’action social et donc forcement, c’est une femme qui est intéressé par les sujets relatives à la femme, alors elle a été attiré par ce projet parce que elle a toujours milité contre l’inclusion de la femme à plusieurs niveau et ça a été un de ses cheval de bataille pendant qu’elle était ministre à savoir la femme doit jouir de ses droits, donc forcement étant un programme qui vise à mettre la femme en avant au cœur de beaucoup d’activité, elle a été intéressé de nous accompagné dans cette initiative qui redonne à la femme ses lettres de noblesse et qui aussi lutte contre l’inégalité, parce que lorsqu’une femme est discriminée à cause de sa morphologie, ça fait partie de l’inégalité.

Les dix candidates en lice

Que représente le soutien de l’UNFPA dans la tenue de ce concours ?

Les soutiens de l’UNFPA ( Fonds des nations unies pour la population) est important pour nous, parce qu’ils ont un volet qui parle de la santé reproductive donc complètement dédié à la femme et en général, la femme ronde a souvent des problèmes liés à la santé reproductive. Donc c’est important pour nous que ce volet puisse être mis dans les impératifs de ce que nous devons communiqué aux différentes candidates et au delà à d’autres femmes qui peuvent rencontrer des problèmes de santé reproductive.

Pour cette édition, vous annoncez 10 filles. Pourquoi avoir choisi des candidates issues de deux pays ?

Oui en effet 10 candidates, 5 du Togo, 5 du bénin, mais le choix de ces deux pays est du fait que l’agence KDA Pro est implanté au bénin et au Togo, la deuxième raison, c’est que le Togo et le bénin sont des pays limitrophes avec des frontières communes, pour cela, les déplacements terrestres sont beaucoup plus facile que si on avait choisi un autre pays. Bien attendue, ça va évoluer avec le temps, on aura des pays qui rentreront dans Nanagan au fur et à mesure, mais pour cette première et deuxième édition, on reste à ça et on verra si le futur nous permet de faire rentrer un troisième, quatrième ou cinquième ou bien plusieurs pays.

Que prévoyez-vous comme innovations ?

Les innovations qui ont déjà été mis sur pied depuis le début de l’édition 2 , c’est l’entrée d’une conseillère en image dans le comité, il s’agit d’une fille qui a fait ses études a Nice et qui revient avec l’art de savoir mettre en valeur une personne, comment est ce qu’une femme ronde dans notre cas précis doit se mettre en valeur, ce qu’elle doit porter pour être plus élégante, plus harmonieuse. Ensuite nous avons introduit également la formation avec un nutritionniste, nous avons également développé un partenariat avec une agence de communication qui est spécialisée dans le digital.

Quelles sont vos attentes à la fin de ce concours ?

Les attentes a la fin de ce concours sont déjà que les candidates soient du parcours qu’elles ont depuis qu’elles sont retenus jusqu’à la fin de l’édition, jusqu’à l’élection de la Nanagan. Nous souhait également est toutes les candidates aient confiance qu’elles ont eu la chance de participer à ces formations de haut niveau et aussi qu’elles comprennent qu’il y a pas de perdant tout le monde, repart de l’aventure Nanagan avec quelques choses en plus, que ce soit des formations, des partages avec des personnes d’autres horizons, de culture, de rite, de pensée différente, et aussi de savoir qu’elles entrent dans une famille qui est la famille Nanagan. Une autre entente est que la meilleure gagné, que celle que le jury va décidé avec le vote du public qui compte pour 25% puisse faire l’unanimité et que tout le monde soit content de la décision qui va sortir de ce concours là, une autre entente aussi, c’est que le public viennent nombreux, les gens soient scotchés sur le live Facebook, vu que le nombre qui va faire le déplacement sera restreint à cause de la covid et qu’on soit nous même content du travail qu’on a abattu des mois. Pour terminer, il faut noter que cette initiative fera que le Togo soit reconnu comme un lieu où on a la culture de la valorisation de la femme africaine et la culture d’événement bien organisé.

La grande finale sera meublée par un dîner de gala VIP. Quels sont les coûts des tickets ? Sont-ils déjà en ventes ?

La grande finale ne sera pas suivi d’un dîner de gala, ce serait un cocktail assis avec des rafraîchissement, il y a deux catégories, y a des tables VIP, de 150 mil qui sont déjà épuisé, il reste celle de 200 mil pour 6 personnes avec un champagne, des boissons offertes et bien sûr avec un canapé et y a des tickets de 15000, avec aussi des rafraîchissement et des canapé offert. L’idée c’est que tout le monde soit assis à l’aise autour dune table et puis savourer tranquillement la soirée. Les tickets sont déjà.en pré vente et toutes les personnes qui veulent peuvent déjà réservé et les retirés à partir de la semaine prochaine c’est à dire la semaine du 30.

Quel appel lancez vous à quelques jour de l’apothéose de cet événement ?

Pour cette finale qui se déroulera le 04 décembre à l’hôtel petit Bruxelles, nous invitons tous les togolais ou les personnes résidant au Togo qui ont envie de venir voir un concours d’élégance avec des femmes belles, intelligentes qui ont beaucoup à montrer, beaucoup à faire valoir, nous les invitons à rapidement acheter les tickets en pré vente ou lorsque les tickets seront disponibles pour pouvoir participer au programme que nous avons de monter que la femme ronde a beaucoup plus de capacité que ce que l’on voit à l’extérieur. Et nous disons à ces personnes de venir,.la soirée sera belle, y aura de petites surprises, et vous allez voir des femmes s’exprimer en français, dans leurs langues nationales, je pense que ça vaut le coup de faire le déplacement, et surtout il faut qu’il achète rapidement parce que nous n’aurons pas beaucoup de place.

Propos recueillis par la rédaction de actu-togo.com

Digiqole ad
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp