Togo: Interview du DG du Centre de formation des chauffeurs professionnels

Les portes du Centre de formation des chauffeurs professionnels viennent à peine de s’ouvrir. Ce centre met le professionnalisme au service de la formation. Son directeur général est M. Pandam Saint-Eloi. Lomebougeinfo lui a rendu son micro pour une interview dont voici la teneur. 

Lomebougeinfo : Présentez à nos lecteurs votre centre de formation

C’est un centre de formation de chauffeurs professionnels. Ici nous confondons chauffeurs et chauffeurs professionnels. Dans tous les métiers, Il y’a l’amateur et le professionnel et quand on n’a pas atteint un certain niveau on ne peut pas prétendre être professionnel.

Souvent, les gens font de la conduite classique et quand ils ont leurs permis ils disent qu’ils sont des chauffeurs professionnels. Chez nous, il s’agit d’un centre, ce n’est pas une auto-école, c’est un centre de formation de chauffeurs professionnels.

 Lomebougeinfo : Qu’est-ce qui vous a poussé à la mise en place de ce centre ?

 Au Togo ou dans tout autre pays nous devons avoir de bons conducteurs. Cela aussi fait partie du développement parce qu’on ne peut pas dire développement quand on n’a pas le transport développé. Nous avons souvent des accidents qu’on peut éviter. Les chauffeurs ne sont pas bien formés. Des gens font quelques heures et puis après ils se disent chauffeurs. C’est ce qui nous a amené à créer ce centre pour aider nos frères et aussi venir en appui au programme du gouvernement. 

Lomebougeinfo : Parlez-nous de vos différents services/ différentes prestations ?

 Le centre de formation comme son nom le dit d’abord forme ceux qui ne sont pas encore chauffeurs et aspirent à en faire une profession. 

Nous formons les débutants, nous prenons les autres qui ont le permis et qui désirent continuer pour être professionnels ou se former. Je prends un exemple : quelqu’un qui a fait la conduite classique, il a son permis et qui estime que c’est important d’apprendre et de connaître les contours de la conduite défensive peu venir. Alors quand il finit ce module, nous lui donnons une attestation qui est différente. Nous faisons la remise à niveau et aussi faisons des ateliers de sensibilisation et autres parce que qui dit formation dit conseil et sensibilisation.

Nous avons d’autres projets qui sont toujours dans la conduite. Par exemple : la conduite accompagnée. C’est lorsque nous prenons un adolescent de 15 ans et on le forme pendant les 3 ans et à ses 18 ans révolus, il a son permis et il peut bien conduire. 

Lomebougeinfo : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre application mobile « Allo chauffeur » ?

Allo chauffeur est un produit du centre. C’est des chauffeurs professionnels que nous avons à la demande. Pour une courte, longue ou moyenne mission, on peut nous faire appel “j’ai besoin d’un chauffeur pour telle mission ” et nous faisons appels aux chauffeurs professionnels. L’application « Allô chauffeur »  c’est pour en effet aider puisque de nos jours, le monde évolue et on n’a plus besoin de se rendre dans tel ou tel service avant de demander. 

 Lomebougeinfo : Quels sont les atouts dont vous disposez?

 Ici nous avons déjà du matériel pédagogique de nouvelle génération. Ce qui n’existe pas dans d’autres centres de formation et nous avons des enseignants compétents. Rien qu’avec ce matériel pédagogique, ça permet d’assimiler, de vite comprendre et de vite apprendre. Nous utilisons de nouvelles méthodes pour apprendre le code et nous avons des simulateurs de conduite et nous avons du matériel pour la sensibilisation. Donc avec tout ça je pense que nous pouvons bien dispenser des cours pour que demain au Togo nous ayons de très bons conducteurs parce qu’on en a besoin. 

Lomebougeinfo : Quelle est votre vision pour les 5 prochaines années ?

Je serai content de faire la renommée de ce centre en formant de très bons élèves. Ça c’est d’abord un objectif et après pourquoi ne pas ouvrir ces centres à l’intérieur. Il faut dire la vérité, nous avantageons beaucoup plus ceux qui sont à Lomé que ceux qui sont à l’intérieur du pays. 

Nos objectifs c’est, d’abord former ici de très bons chauffeurs et dans l’avenir avoir ces centres partout pour que le togolais puisse bien se former et qu’on conduise bien et que nous sachions que la route ça se partage et qu’il y ait la courtoisie sur nos routes. L’objectif c’est diminuer le taux  d’accident sur nos routes. 

Lomebougeinfo : votre  message à l’endroit de la population

J’ai un message à l’endroit de la population et de nos jeunes frères en mettant l’accent sur nos jeunes sœurs. Je voudrais dire à nos jeunes sœurs que c’est une occasion qu’il faut saisir parce que la parité entre les hommes et les femmes dans ce métier elle est quasi nulle. Ce qui fait de ce métier un métier porteur pour les femmes et elles devraient profiter. 

Il faut que les femmes comprennent qu’il y’a à part les 3 C il y’a un quatrième C qui est la conduite. Le commerce, la coiffure, et la couture ne suffisent pas.

Il n’y a pas assez de femmes dans ce métier de chauffeur et je pense que quand les femmes se mettraient dans ce métier elles vont vite avoir des emplois que d’aller faire la couture. C’est vraiment mes mots à l’endroit de mes sœurs.

Quant au gouvernement, je le remercie pour ses efforts malgré qu’il y ait toujours des difficultés. Je sais que le chef de l’État fait l’effort qu’il faut mais je pense peut-être qu’il manque un suivi parce que tout le monde ne profite pas forcément. Il faut une certaine fluidité administrative, une facilitation des démarches et autres afin de pouvoir donner le meilleur de nous.

B A/ A A