Togo : Atelier sur le sous-secteur des transports routiers

Spread the love

Le rapport final du projet d’assistance technique pour la formalisation et la professionnalisation du sous-secteur des transports routiers au Togo a été restitué en atelier ce jeudi 9 juin en présence du directeur technique de l’IRU, Patrick Philipp.

Cet atelier a permis de présenter à l’ensemble des acteurs, les éléments phares des travaux réalisés par les consultants de l’Union internationale des transports routiers (IRU). En effet, une équipe a commencé le travail depuis février 2019 au Togo. Sa mission s’achève en ce mois de juin 2022.

Le document porte sur le diagnostic du secteur, la formulation des visions, l’amélioration du cadre légal et réglementaire, la formulation et le renforcement des capacités, la formation et la qualification professionnelle des acteurs.

Photo des participants

Le projet d’assistance technique s’inscrit dans le projet d’appui à la compétitivité des services logistiques pour le commerce, un volet du Plan national de développement (PND), précisément dans son axe 1. Cet axe prévoit de faire du Togo, un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région.

« La mise en place d’un hub logistique nécessite un système de transport capable d’offrir des services de transport routier de marchandises et de personnes, fiables, sûrs, durables et au meilleur prix », a indiqué le secrétaire général du ministère des Transports routiers, aériens et ferroviaires, Dr Komlan Tindano.

Il est donc question de corriger les insuffisances du sous-secteur routier, notamment le cadre juridique inadapté, la non professionnalisation des opérateurs de transport, la vétusté du parc automobile, l’absence d’un mécanisme efficace de gestion du fret.

Selon le coordonnateur du projet d’appui à la compétitivité des services logistiques pour le commerce, Dermane Tadjudini, le Togo pourrait faire face aux défis de « la mise en place d’un cadre approprié pour améliorer sa productivité, sa sécurité, sa compétitivité, sa durabilité, sa transparence ». 

Le secteur des transports contribue, en moyenne, à hauteur de 7% du PIB dont 4% pour le sous-secteur routier qui assure plus de 90% des déplacements de personnes et des biens sur le périmètre national selon les précisions de M. Tadjudini.

Digiqole ad
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp