REDUCTION DES GROSSESSES P RECOCES EN MILIEU SCOLAIRE : DES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION ORGANISEES DANS LES PREFECTURES DE TONE, WAWA ET AVE

Des ONG et associations en collaboration avec des institutions publiques régionales, ont organisé du 9 au 12 mai, à Dapaong, Badou et Kévé des campagnes de sensibilisation des jeunes scolaires des préfectures de Tône, de Wawa et d’Avé sur la lutte contre les grossesses en milieu scolaire et extra-scolaire. Ces campagnes ont été couplées de dépistage gratuit aux IST/VIH au profit des élèves de plusieurs établissements scolaires de ces préfectures.

Ces actions placées sous le thème : « Lutte contre les grossesses en milieu scolaire» sont soutenues par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et s’inscrivent dans le cadre de la « campagne de sensibilisation et offre de service en matière de lutte contre les grossesses en milieu scolaire dans les établissements secondaires des régions du pays ».

Elles ont pour objectif de contribuer à la réduction du taux de grossesses précoces et non désirées, d’éviter à ces élèves dont l’âge varie entre 10 et 24 ans de contracter des infections sexuellement transmissibles IST/VIH/SIDA par un changement de leur comportement. Il s’agit également à travers ces campagnes de sensibilisation, d’améliorer les connaissances de ces apprenants sur les causes et les conséquences des grossesses précoces ainsi que les moyens de les prévenir.

Les organisateurs ont sensibilisé les élèves sur les IST/VIH/SIDA, leurs signes cliniques, les moyens de prévention, la prise en charge et les voies de contamination. Abordant les voies de transmission des IST/VIH/SIDA, les orateurs ont cité, entre autres, la voie sexuelle, la voie sanguine et la voie mère-enfant. Ils ont encouragé les élèves à se faire dépister pour connaître leur statut sérologique. Ils les ont par ailleurs entretenus sur les moyens de prévention des grossesses précoces, ses causes et ses conséquences.

Ces différentes sensibilisations dans ces localités ont été ponctuées de séances de démonstration du port correct des préservatifs masculin et féminin, des offres de services gratuits de Santé de Reproduction (SR) et des conseils en dépistage du VIH.

En matière des IST et hépatites, quelques signes auxquels l’on doit se rendre rapidement à l’hôpital ont été indiqués à savoir un écoulement de pus ou des douleurs au moment des urines, un écoulement vaginal, des plaies ou des boutons sur des parties génitales, des persistantes douleurs au bas-ventre.

*A Dapaong, du 9 au 11 mai, c’est l’ONG Association d’Appui aux Activités de Santé

Communautaire (3ASC) basée à Dapaong en collaboration avec la direction régionale de l’Education des Savanes et le district sanitaire de Tône qui a organisé ces activités en faveur de trois établissements dans la préfecture notamment les établissements scolaires de Tidonte, Yenyane et Yanfouom.

Pour le coordonnateur de l’ONG 3ASC, Jean De La Croix Yangnenam, les barrages

culturels et autres tabous entourant la sexualité, ne permettent pas souvent aux élèves de s’informer sur la santé et les soins en matière de santé sexuelle et reproductive ; ce qui a pour conséquences les grossesses précoces et les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH.

Toujours à Dapaong, pour la même période, la Croix Rouge Togolaise des Savanes en collaboration avec la direction régionale de l’Education des Savanes et le concours des districts sanitaires de Tône, et de Cinkassé ont organisé les manifestations au profit du lycée de Cinkassé, des CEG de Pana et Dapaong-ville.

Evoquant les raisons de cette campagne, le coordinateur régional des Savanes de la Croix Rouge Togolaise, Seydou Amidou Abdel-Akime, a d’abord relevé que selon l’enquête MICS de 2010, le taux de grossesse précoce avant 18 ans est de 17,3% au Togo avec d’importants cas de grossesse constatés dans les établissements scolaires. « Ces grossesses précoces souvent non désirées débouchent sur des avortements clandestins, des maternités précoces avec comme conséquences, l’abandon de la scolarité par les jeunes filles, et des séquelles graves liées à l’accouchement telles que les fistules, l’infection au VIH, les décès », a-t-il confié. Il a exprimé sa gratitude à l’UNFPA et salué la collaboration des districts sanitaires de Tône et de Cinkassé.

Des manifestations similaires ont été aussi initiées dans cette même localité cette fois-ci par l’ONG Solidarité pour l’Autopromotion Communautaire en Santé (SAC-Santé), en collaboration avec la Plateforme des OSC VIH/SIDA du 9 au 11 mai, aux lycées de Ponio, de Nassablé II et Tambonga.

Le directeur exécutif de l’ONG SAC-Santé, Balagou Jonas a invité les adolescents de ces établissements à s’abstenir de tout rapport sexuel et de s’occuper plutôt de leurs études, gage de la réussite de demain. Selon lui, la sensibilisation est nécessaire vue l’ampleur et les conséquences néfastes que l’on continu d’observer dans les établissements en dépit des actions menées.

Les sage-femmes et accoucheuses de l’équipe de sensibilisation ont, à travers des questions réponses, entretenu les jeunes filles sur le cycle menstruel dont la non maîtrise favorise parfois au cours des rapports sexuels des grossesses précoces et non désirées.

* A Badou, cette campagne de sensibilisation a été organisée, du 10 au 12 mai aux lycées de Badou, de Zogbégan et du CEG Badou-Ville par l’ONG « TETELESTAÏ-Togo » basée à Badou appuyés par une équipe médicale du CHP Badou.

*A Kévé, la sensibilisation a été animée par le Centre de Recherche et d’Information pour la Santé au Togo (CRIPS-Togo). La rencontre a été marquée par une causerie-débat co-animée par la sage-femme d’Etat, Mme Ameyibor Adjovi Reine et l’infirmier d’Etat du Centre Médico-Social (CMS) de Kévé, Esafa Kossi Mawulawoe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *