RDC: Youssoupha et Stamina à Bukavu pour le festival du rap et du slam pour la paix

Spread the love

En République démocratique du Congo (RDC), Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, vibre depuis samedi 23 juillet au rythme de la première édition du festival de rap et de slam. La star franco-congolaise Youssoupha Mabiki, fils de Tabou Ley Rochereau, et le tanzanien Stamina sont les invités de marque de ce festival qui se termine ce dimanche 24 juillet et qui prêche surtout la paix dans la sous-région des Grands Lacs.

Avec notre envoyé spécial à Bukavu, William Basimike

Ils sont jeunes, âgés de 18 à 45 ans, et se sont installés ici sur le terrain de foot du collège Alfajiri pour écouter les rappeurs et slameurs locaux sur le podium.

La grande star tanzanienne Stamina fait son apparition : « J’avais envie d’y être, depuis bien longtemps, et mieux connaître le Congo. Il est important de vivre en harmonie et de développer des choses ensemble. Dans le monde entier, le hip hop est presque le même. Celui du Congo n’est pas si différent de celui de la Tanzanie. J’ai vu les jeunes artistes d’ici. Je suis prêt à collaborer avec eux. »

Youssoupha sera sur le podium ce dimanche soir, mais en attendant il livre déjà son message : « Ma présence ici se traduit par « tous les Congo comptent, même ceux où la situation est plus compliquée ». Pour moi – on ne va pas se mentir –, c’est plus dur pour les gens qui vivent ici. Je prie et je parle pour que la situation arrête de se dégrader et retourne à la normale, pour que chacun trouve sa paix des deux côtés des frontières. »

► À lire aussi : Youssoupha, « Neptune Terminus : Origines », nouveau départ

Visiblement réjoui, Ghislain Bamurhondere, la quarantaine, est touché par les messages qu’il a entendus : « Cela m’a donné la joie de partager avec les amis qui viennent d’autres tribus. Je pense que ce message n’est pas pour Bukavu seulement, c’est pour la RDC et même pour les pays des Grands-Lacs. Il nous faut vivre en cohésion. »

Depuis quelque temps, des actes de xénophobie ont été signalés dans différents coins de la RDC. Les jeunes de Bukavu tentent l’apaisement à travers la musique.

Digiqole ad
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp