PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT : DES PARLEMENTAIRES SENSIBILISES SUR LE PROJET WACA ResIP

Des parlementaires ont été sensibilisés sur le Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP), au cours d’un atelier de partage, le mardi 16 février à Lomé. Organisé par le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, cet atelier a permis de sensibiliser les parlementaires au nombre de 28 sur le bien fondé de ce projet, en vue de susciter leur implication effective dans sa mise en œuvre. Il s’agit en effet, d’informer les élus des réponses Photo d’ensemble des officiels et participants que le gouvernement envisage apporter au phénomène de l’érosion côtière à travers le projet WACA ResIP. Les participants ont suivi deux communications, notamment sur « le Projet WACA ResIP et ses grands domaines d’interventions » et sur « l’état de mise en œuvre actuel du projet et perspectives ». Ils ont également suivi une présentation sur « l’érosion côtière et les options de protection côtière à mettre en œuvre ». Aux termes des communications, les parlementaires ont effectué une visite guidée sur deux sites. Il s’agit du site de Kossi Agbavi où sévit l’érosion côtière et le site de Gbodjomé où se réalisent les travaux de protection côtière. Ouvrant les travaux, le ministre en charge de l’Environnement, Foli Bazi Katari a rappelé que le projet WACA ResIP a un double volet, à savoir régional (qui regroupe six pays) et national. Ce dernier volet est consacré à des activités de terrains sur la zone couverte par le projet sur le territoire togolais. Il a en outre précisé que WACA ResIP renferme cinq composantes, entre autres, le renforcement de l’intégration régionale ; des politiques et institutions nationales, ainsi que de l’investissement physique et sociaux nationaux. « En somme, il s’agit de juguler le double phénomène d’érosion côtière et des changements climatiques, dans une approche concertée », a conclu le ministre en charge de l’Environnement. Pour le coordonnateur du projet WACA ResIP, Dr. Adou Rahim Alimi Assimiou, il est prévu comme activités, entre autres, la sensibilisation des différentes couches sociales pour une visibilité des actions du projet. « En tant que représentant du peuple, les parlementaires jouent le rôle d’interface entre les citoyens et l’administration publique. De ce fait, ils s’assurent que les projets de développement soient mise en œuvre dans l’intérêt des populations. Par conséquent, leur contribution dans la sensibilisation et l’information des populations sur les actions du projet WACA ResIP et les risques de Visite guidée des parlementaires sur le site de kossi Agbavi l’érosion côtière est déterminante », a expliqué le coordonnateur. La cérémonie d’ouverture de cet atelier s’est déroulée en présence du secrétaire général de la préfecture du Golfe, Djagbavi Lébénin. Les 28 députés bénéficiaires de cet atelier sont issus des zones de couverture dudit projet. Ils sont venus du grand-Lomé (10), des préfectures de Yoto (3), de Vo (3), des Lacs et Bas-Mono (3), de Zio (3), de Haho (3) et de l’Avé (2). AR/BV