« Notre volonté serait de lever les mesures cantonales à la mi-décembre »

Le Conseil d’Etat valaisan veut pouvoir lever les mesures cantonales liées au coronavirus à la mi-décembre, indique dimanche le ministre de l’Économie Christophe Darbellay. Il précise aussi que les cas de rigueur s’appliqueront à des cas précis, dont les restaurateurs seront exclus.

Invité sur le plateau du 19h30, le conseiller d’Etat Christophe Darbellay a fait part du désir du gouvernement valaisan d’aller de l’avant: « Notre volonté serait de pouvoir lever les mesures cantonales à la mi-décembre, de manière à encore avoir le dispositif fédéral. Ensuite, c’est vraiment une question de solidarité et de responsabilité individuelle de ne pas reprendre tous les mauvais comportements. »

>> Lire aussi: Le Valais reconduit la plupart des restrictions sanitaires jusqu’au 13 décembre

Christophe Darbellay a aussi expliqué que les contrôles des mesures seront plus stricts. « On renforcera les contrôles, parce qu’à partir du moment où on desserre le dispositif, il faut qu’on puisse davantage sensibiliser et faire plus de contrôles afin d’éviter d’entrer dans une dynamique de troisième vague. »

« Un restaurateur ne sera pas un cas de rigueur »

Questionné sur les cas de rigueur, définis par les cantons, le conseiller d’Etat a rappelé qu’ils s’appliqueront uniquement à des cas bien précis: « La loi fédérale est très claire, elle dit que ce sont les entreprises qui ont perdu 40% de leur chiffre d’affaires sur une année. Ce sont typiquement des entreprises de l’événementiel, du voyage, ou celles qui louent des logements collectifs à des écoles, par exemple. »

« Les autres, même un restaurateur qui a eu 8 semaines de semi-confinement au printemps et maintenant plusieurs semaines de fermeture, ne devraient pas entrer dans ce système-là, et pour eux quelque chose d’autre est prévu », précise-t-il enfin.

Propos recueillis par Jennifer Covo

Adaptation web: Antoine Schaub