LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA AU TOGO

LE DOCUMENT DE LA REVUE DES ACTIVITÉS DE 2016 EN COURS DE VALIDATION

Des acteurs publics et privés du secteur de la santé sont en atelier de restitution et d’échange les 6 et 7 juillet à Lomé, pour la validation du document de la revue annuelle des activités de la riposte nationale au VIH/SIDA en 2016.

Cet atelier est organisé par le Conseil national de lutte contre le sida et les infections

Sexuellement transmissibles (CNLS-IST), dans le cadre de la politique nationale de lutte contre le Sida : vision 2020, dont dispose le Togo depuis 2012. L’objectif de cette rencontre est de valider les principaux indicateurs programmatiques du rapport annuel du CNLS et le données  financières de 2016 ; d’analyser les activités et  progrès réalisés en prévention, prise en charge et financement de la riposte au VIH. Il sera aussi question de faire le point de la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en 2016 et de formuler des recommandations pour améliorer les différentes interventions du Plan stratégique national (PSN) 2016-2020.

Les participants suivront la présentation des rapports d’activités et financier de 2016 et l’intervention relative à la prise en charge des PVVIH. Il leur sera également restitué le rapport de la campagne nationale de dépistage au cours de la journée mondiale de la Santé ainsi que les comptes rendus sur la contribution de la plateforme et de l’observatoire des droits humains dans la riposte contre le VIH. A l’issue des travaux, des recommandations seront faites au gouvernement, ainsi qu’à l’endroit des partenaires financiers et techniques.

Selon le secrétaire permanent du CNLS-SIDA, Prof. Palokinam Pitché, il ressort du document que les nouvelles infections ont baissé de plus de 70% surtout chez les enfants ; plus de 80% des femmes enceintes ont été dépistées en 2016 et 9 femmes enceintes séropositives sur 10 ont reçu les ARV et le taux de transmission du VIH chez les enfants est estimé à 6,5% en 2016 contre 8,5% en 2015.

 Le document révèle aussi que le nombre de personnes touchées par les services de prévention a sensiblement augmenté et qu’en matière de soins et traitement, le Togo a dépassé la barre symbolique de 50% des PVVIH sous ARV en 2016, soit 51.320 personnes, avec une réduction de la mortalité liée au Sida de plus de 40% en cinq ans, a ajouté le Professeur.

Pour lui, la revue indique aussi que malgré les efforts effectués, seulement 16% des PVVIH ont eu accès à l’examen viral en 2016 et qu’en matière de prise en charge des efforts sont faits par la société civile pour intensifier la lutte contre la stigmatisation et la discrimination, en vue de créer un environnement favorable aux PVVIH. En termes de financement, le document précise que le Togo dépense en moyenne chaque année depuis 5 ans, environ 10 milliards de FCFA dans la réponse nationale.

Le conseiller-Santé du président de la République, Prof. Songné Badjona, a révélé que les résultats obtenus cette année n’ont été possible que grâce au leadership du chef de l’Etat, président du CNLS, à l’ensemble du gouvernement, aux partenaires financiers et techniques et au dévouement des acteurs impliqués à tous les niveaux. Monsieur Songné a souhaité qu’à l’issue des travaux, les acteurs présents s’accordent sur des recommandations qui permettront d’améliorer la qualité et quantité des services offerts aux populations bénéficiaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *