L’initiative de feuille de route des BPF lancée pour booster les industries pharmaceutiques de la CEDEAO

Des représentants des pays de l’Afrique de l’Ouest ont pris part ce mardi 05 septembre 2017 à Lomé à un atelier national de lancement de l’initiative de feuille de route des bonnes pratiques de fabrication (BPF) qui constitue un cadre régional et des approches nationales pour la mise en œuvre de l’industrie pharmaceutique en Afrique de l’Ouest. Cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre du projet d’appui au renforcement de la production des médicaments essentiels dans les pays en voie de développement a été initiée en 2006 par la Commission de la CEDEAO, l’Organisation des Nations Unies pour le Développement  Industriel (ONUDI), l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS).

Selon le représentant du ministre de la santé et de la protection sociale, qui a ouvert les travaux de l’atelier, le médicament est la pierre angulaire de toute offre de soin, sa qualité, son efficacité et son innocuité devraient être assurées avant sa mise sur le marché mais également tout au long de sa vie. Pour ce faire, l’Etat a des rôles très importants à jouer. « L’aspect qui nous réunit ici est lié aux BPF et précisément aux bonnes pratiques de fabrication de médicaments qui s’inscrivent dans un système d’amélioration de qualité et énonce les principes fondamentaux d’organisation et de travail des usines pharmaceutiques qui pour devoir de garantir la qualité des produits. Nous notons avec satisfaction qu’avec ce projet, les Etats membres de la CEDEAO devraient bénéficier entre autres d’une meilleure disponibilité de médicaments de qualité supérieure provenant des fabricants installés dans la sous-région, du renforcement de la capacité réglementaire pour l’inspection des usines de fabrication, d’un accompagnement technique pour la mise en place d’installation compatible aux BPF pour les pays qui souhaitent avoir une activité de production pharmaceutique », a indiqué le représentant du ministre.
Pour M. Lonlon Locoh, directeur national de l’ONUDI, la production locale de médicaments de haute qualité aura un double avantage pour le Togo, celui de contribuer à la fois à l’amélioration de la santé publique et à la croissance économique. « Autrement dit, le développement de l’industrie pharmaceutique participe de manière concrète à l’atteinte des objectifs de développement industriel inclusif et durable, au cœur du Plan National de Développement (PND) du Togo », a-t-il précisé.

L’initiative de feuille de route des BPF des médicaments permettra de booster les industries pharmaceutiques de la sous-région ouest africaine, de les rendre plus compétitives et de contribuer à l’amélioration de la santé des populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *