Les attentats au Sri Lanka auraient été commis en représailles à Christchurch

Les premiers éléments de l’enquête sur les attentats au Sri Lanka montrent qu’ils ont été commis en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a révélé mardi le vice-ministre sri-lankais de la Défense.

« Les investigations préliminaires ont révélé que ce qui s’était passé au Sri Lanka avait été commis en représailles à l’attaque contre les musulmans de Christchurch », a déclaré devant le Parlement Ruwan Wijewardene, en référence à l’attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

>> Lire également: Deux Suisses sont morts dans les attentats au Sri Lanka

Les autorités ont interpellé à ce stade 40 personnes dans l’enquête sur ces attaques attribuées à un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ). Elles ont fait 321 morts et près de 500 blessés.

Deuil national

Le Sri Lanka rendait mardi un hommage poignant aux victimes des attentats suicides, qui ont notamment eu lieu dans des églises le dimanche de Pâques. Il s’agit des plus meurtrières attaques islamistes en Asie du Sud.

L’île de 21 millions d’habitants est restée silencieuse durant trois minutes à 8h30 locales (5h en Suisse), heure de la première explosion de bombe de kamikaze deux jours auparavant, à l’église catholique Saint-Anthony de Colombo.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national. Les magasins vendant de l’alcool sont fermés, les drapeaux sont en berne et les radios et télévision doivent adapter leur programmation musicale.

agences/gma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *