LE PROJET «SAVANES MOTOAG, JEUNES ET FEMMES POUR LA COHESION SOCIALE» LANCE A DAPAONG

Plan International Togo et ses partenaires ont lancé le projet «Savanes Motoag, jeunes et femmes pour la cohésion sociale», le jeudi 26 novembre à Dapaong.

Ce projet, initié par Plan International en consortium avec Aide et Action Internationale est estimé à 1.765.566.588 de Francs CFA. Il a bénéficié de l’appui financier de l’UE à hauteur de 90%et de Plan International Suède (10%). Il est prévu pour durer 4 ans (novembre 2020-octobre 2024)et sera mis en œuvre par l’ONG Femme, Droit, Développement en Afrique (WILDAF-Togo) et le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) dans les sept préfectures de la région des Savanes. L’intérêt du projet est d’apporter une contribution dans le renforcement de la cohésion sociale par la promotion des droits politiques et économiques des jeunes et des femmes ainsi que le renforcement de la société civile et des capacités des institutions de l’Etat au niveau local. Au cours du lancement, les parties prenantes du projet ont été informés des axes clés et signé la charte du projet. Le projet «Savanes Motoag» entend promouvoir les droits économiques des jeunes filles/femmes et garçons/hommes vulnérables âgés de 15 ans à 35 ans par un accès aux opportunités de formation et la facilitation de leur participation à la définition de priorités de développement au niveau local. Il compte promouvoir le dialogue et la concertation multi-acteurs en renforçant les capacités des OSC, surtout celles de jeunes et de femmes. Il touchera près de 512.220 personnes, soit 61% de la population des Savanes qui est de plus de 830.000 habitants. Il est aussi prévu de renforcer les capacités entrepreneuriales, le pouvoir économique des femmes vulnérables, d’améliorer l’accès et la qualité des services de base, de renforcer les autorités locales et les médias pour promouvoir la participation des femmes et la consolidation de la paix, d’intégrer le module sur l’entrepreneuriat, le genre et la culture de la paix dans les curricula d’éducation et de formation professionnelle. Plusieurs activités sont inscrites à l’agenda du projet, entre autres, une étude de base, l’identification participative des bénéficiaires, la mise en place des groupes d’épargne, des actions de plaidoyers, l’organisation des sensibilisations et dialogues communautaires, la promotion d’évènements culturels et l’appui à l’élaboration des Plans de développement communautaires(PDC). Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Gal. de brigade, Yark Damehame, a rendu un hommage au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé pour son engagement en faveur des femmes et de la jeunesse ainsi que sa politique de sécurité et de développement inclusif dont les résultats sont perceptibles sur toute l’étendue du territoire national. Il a également traduit sa gratitude aux partenaires techniques et financiers qui travaillent aux côtés du gouvernement pour renforcer la résilience des populations les plus vulnérables et aider à faire face aux menaces liées aux conflits communautaires et à l’extrémisme violent. Le ministre Yark a invité les populations des Savanes à saisir les opportunités qu’offre «Savanes Motoag», à jouer pleinement leur rôle et à assumer leurs responsabilités avec efficacité en vue de sa réussite. Pour le chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) au Togo, Joaquin Tasso Vilallonga,«nous avons appuyé ce projet parce que nous sommes convaincus que l’engagement de la population, la société civile, c’est vraiment la clé de la prévention de l’extrémisme violent et cela ne peut se faire qu’à travers les partenaires locaux qui mènent des initiatives avec la participation de femmes et jeunes».La représentante résidente du Plan International Togo, Mme Awa Faly Ba et le préfet deTône, Tchimbiandja Yendoukoa Douti ont souligné que le monde traverse des situations assez sensibles et la question de la sécurité et de la protection civile est au cœur des préoccupations de tous les acteurs dans ce pays, à commencer par le gouvernement et l’ensemble des partenaires au développement. C’est pour cela, disent-ils, que Plan International a dirigé cette initiative qui vise particulièrement la région des Savanes et qui a pour objectif de contribuer à la cohésion sociale à travers le renforcement de capacités économiques, politiques, sociales pour qu’ils puissent contribuer à cette cohésion sociale. La visite des stands où ont été exposés les domaines d’intervention de Plan international, ANADEB, Croix rouge togolaise, GIZ par les officiels a mis fin à la rencontre. ATOP/BBG/BV