Le président du Burundi Pierre Nkurunziza est mort

Le communiqué du gouvernement burundais ne précise pas les causes de la mort de Pierre Nkurunziza, qui devait céder le pouvoir dans quelques semaines. Beaucoup soupçonnent néanmoins qu’il soit décédé du Covid-19, alors même qu’il refusait de reconnaître la gravité de la pandémie.

Nos services Contenus Sponsorisés par Outbrain

  • Babbel Des experts en linguistique ont créé une appli pour…
  • Nouvelle Page Santé Qi gong : un allié efficace pour rester en bonne santé
  • News Gadget Cette montre connectée surprend tout le pays. Son…
  • 00:06 Nestlé for Healthier Kids Kids who cook develop healthier habits
  • Mansion Global Full-Floor Penthouse at the Ritz-Carlton Residences in…

“Urgent : le président Nkurunziza est mort”, titre sobrement en une l’un des rares sites d’information burundais à pouvoir encore exercer librement son métier, Iwacu, ce mardi 9 juin après-midi. “Le gouvernement burundais annonce qu’un deuil national est ouvert pour sept jours à partir d’aujourd’hui” et “demande aux Burundais de rester calmes”, précise le média.

Depuis plusieurs heures, l’information circulait. Elle a finalement été officialisée par un communiqué du gouvernement peu après 16 h 30 (heure de Paris). Le texte évoque “le décès inopiné”, à la suite d’“un arrêt cardiaque”, de Pierre Nkurunziza, lundi 8 juin, à l’hôpital de Karuzi.

Aucune précision supplémentaire n’a été pour l’heure apportée sur les causes de cet arrêt cardiaque, mais tous les observateurs soupçonnent le Covid-19, alors que la première dame, Denise Bucumi, a été hospitalisée au Kenya dans un état grave, fin mai, atteinte de la maladie. À 55 ans, Pierre Nkurunziza serait alors le premier chef d’État à succomber à la pandémie.