Le Groupe Ecobank obtient une facilité de crédit de 100 millions d’euros pour financer des PME

 Le Groupe Ecobank, premier groupe bancaire panafricain, a signé avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) (www.EIB.org) un accord portant sur une facilité de crédit à long terme de 100 millions d’euros sur 9 ans. Cette facilité témoigne de la volonté du Groupe Ecobank et de la BEI de soutenir les investissements des entreprises en Afrique, en particulier dans les secteurs les plus touchés par la pandémie de COVID-19.

Ade Ayeyemi, Directeur général du Groupe Ecobank, a précisé : « À Ecobank, nous sommes déterminés à proposer un ensemble d’initiatives qui soutiennent la croissance et la réussite des petites et moyennes entreprises africaines et créent des opportunités d’emploi. C’est dans ce contexte que nous venons d’obtenir de la BEI une facilité de crédit qui, nous en sommes convaincus, aura un impact réel sur notre mission commune de développement des PME en Afrique. La facilité de 100 millions d’euros permettra le redressement des PME africaines après la pandémie de COVID-19, tout en leur donnant l’élan nécessaire pour saisir les immenses possibilités de croissance qu’offre le vaste marché unique de la Zone de libre-échange continentale africaine. Nous remercions la BEI pour son attention au continent et son engagement ».

Ambroise Fayolle, Vice-président de la Banque européenne d’investissement, a indiqué : « La BEI, qui fait partie de Team Europe, travaille avec des banques et des partenaires financiers de premier plan dans toute l’Afrique pour améliorer l’accès du secteur privé aux financements. Cette nouvelle coopération avec le Groupe Ecobank aidera, dans les prochaines semaines, les entreprises d’Afrique subsaharienne à mieux faire face aux défis liés à la pandémie de COVID-19 et à débloquer des opportunités économiques et sociales, en particulier pour les PME et les entreprises dirigées par des femmes ».

Le nouvel accord de coopération entre le Groupe Ecobank et la Banque européenne d’investissement pour soutenir les investissements du secteur privé en Afrique a été officiellement conclu à la Délégation de l’UE au Togo à Lomé, en présence de Koen Doens, Directeur général des Partenariats Internationaux de la Commission de l’Union européenne (INTPA).

L’annonce a été faite à l’occasion d’une visite de Team Europe au Togo par Ambroise Fayolle, Vice-président de la BEI, Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence française de développement et Koen Doens.

La facilité est répartie en trois régions : Afrique de l’Ouest et centrale, Afrique de l’Est et Afrique australe. Les fonds seront octroyés par l’intermédiaire des filiales Ecobank pour des projets d’investissement menés par des entreprises du secteur privé. La BEI a mis ce mécanisme à disposition par le biais de son initiative de réponse rapide à la COVID-19, pour les entreprises du secteur privé actives dans les secteurs productifs sélectionnés et employant moins de 3 000 personnes.

Le prêt de la BEI sera également assorti d’une assistance technique dans le cadre du programme AWRI (African Women Rising Initiative) de la BEI, qui prévoit une formation sur le financement destinée aux femmes et le renforcement des capacités de prêt aux femmes entrepreneures, en parfaite adéquation avec l’initiative Ellever de Ecobank qui accompagne les entreprises axées sur les femmes sur tout le continent. Le Groupe Ecobank et la BEI reconnaissent qu’il est important de garantir l’accès aux financements des entreprises dirigées ou détenues par des femmes, en particulier en période d’incertitude économique et de pénurie d’investissements liée à la COVID-19. D’autre part, le Groupe Ecobank et la BEI travaillent sur un accord concernant une facilité de partage du risque de 15 millions d’euros, financé par le Fonds européen de développement durable (FEDD) de l’UE, qui permettra d’octroyer 95 millions d’euros de prêts aux PME.

La nouvelle facilité de crédit fait suite à la signature par la BEI, en décembre 2020, d’un prêt de 12,5 millions d’euros au profit de Ecobank Malawi, en vue d’améliorer l’accès des PME du secteur agricole de ce pays aux financements destinés à l’expansion et à la modernisation de leurs équipements.