LE CNLS-IST VALIDE LE PLAN STRATEGIQUE NATIONAL DES CINQ PROCHAINES ANNEES

Le Conseil National de Lutte contre le Sida et les Infections Sexuellement  Transmissibles  (CNLS IST)  a validé  ce vendredi  25  mars  à  l’hôtel Sarakawa,  le  Plan Stratégique National (PSN) de lutte contre le Sida et les IST sur la période 2016-2020.

Cette validation intervenue à l’issue d’un atelier national a regroupé des représentants du ministère de la Santé, des comités ministériels de lutte contre le Sida, des partenaires techniques et financiers, des organisations de la société civile et d’autres structures impliquées dans cette lutte.

Ce PSN, le 4e du genre qui découle de la politique nationale de lutte contre le Sida : vision 2020 est axé sur trois axes notamment l’amplification de la réduction de nouvelle infection à VIH, l’accélération de la  prise en charge globale des Personnes  Vivant avec le  VIH (PVVIH)  et l’amélioration  de  la  gouvernance.

Ce  plan  évalué  à   89.376.618.320  F  CFA  s’est  fixé  des orientations stratégiques relatives à des besoins en termes d’offres de services afin d’infléchir durablement l’évolution de l’épidémie du VIH dans le pays. Ce plan qui entend dans les cinq prochaines  années  avoir  une  population  en  bonne  santé  constitue  un  cadre programmatique important dans la marche du pays vers les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Ce nouveau document de troisième génération est arrimé aux priorités nationales en matière de développement notamment le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) et le

Plan national de développement sanitaire. Il répond aussi à tous les engagements pris par le pays en matière de lutte contre le VIH en tenant compte de l’aspect genre et des droits humains dans toutes les catégories.

Depuis 2001, le Togo a élaboré et mis en œuvre trois plans stratégiques nationaux de lutte contre le Sida sous la coordination du CNLS-IST. Le PSN 2012-2015 a permis d’obtenir des résultats significatifs dans lutte contre le VIH.

Ainsi, de 2011 à 2015, la prévalence du VIH est de 2,5% contre 3,2% en 2012 au sein de la

population générale âgée de 15-45 ans. Le nombre de PVVIH est de 110.000 dans le pays dont près

de 81% se retrouvent dans les 3 régions à savoir Maritime (37,5%), Lomé Commune (22,8%) et les

Plateaux (20,2%). Il y ressort une forte féminisation du taux de prévalence notamment 3,1% chez

les femmes et 1,7% chez les hommes. La prévalence du VIH chez les Forces Armées Togolaise

(FAT) en 2014 est de 3,8% et les PVVIH sous traitement ARV sont estimés à 38.536.

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Pr. Moustafa Mijiyawa a appelé à « une synergie  collective »  pour de  meilleur  résultat d’ici 2020. Il a reconnu les progrès remarquables réalisés et demandé à tous les acteurs de «  tout mettre  en  musique   pour  parler  le  même langage ».

Le  coordonnateur  du  SP/CNLS/IST,  Pr. Pitché  Palokinam  a  salué  le  dynamisme  du ministère de la Santé et les réformes de fonds enclenchées dans le secteur de la santé. Il s’est réjoui des   résultats notables notamment la baise de nouvelles infections de plus de 50% en 15 ans, et de l’augmentation des financements de l’Etat depuis 2008 avec la gratuité des ARV.

« Le nouveau plan stratégique en partant des acquis et des faiblesses issus de la mise en œuvre du PSN 2012-2015 veut amplifier les résultats obtenus dans le domaine de la prévention en accentuant les investissements chez les jeunes, les femmes et les populations clés et l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant », a indiqué Monsieur  Pitché.

Il a relevé deux innovations dans ce PSN à savoir la prise en compte de façon systémique des droits humains et genre ainsi que la mobilisation des villes avec l’implication des délégations spéciales. Il a invité tous les acteurs à accompagner ce plan pour une mise en œuvre efficiente au profit du bien-être des populations.

Le  directeur  pays  de  l’ONUSIDA,  Christian  Mouala  a  remercié  le  Togo  pour  son engagement dans la riposte au VIH. « Il y a des progrès mais encore des défis », a souligné Monsieur  Mouala  soulignant que le Togo fait partie des pays où des efforts sont visibles  durant ces dix dernières années en matière de lutte contre le VIH.

Il a fait remarquer que ce plan est basé sur «  une évidence, une priorité nationale et les stratégies ONUSIDA» de parvenir à la nouvelle stratégie d’accélération de la riposte « 90-90-90 » à l’horizon 2030 de l’ONUSIDA. Il a réitéré l’engagement des partenaires à accompagner le Togo dans la mise en œuvre de ce nouveau plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *