Le Bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme au Togo (HCDH)

Le Bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme au Togo (HCDH) a organisé une conférence le mardi 23 juin à Lomé, pour évaluer la situation des droits de l’Homme au Togo, huit ans  après l’accord  du 10  juillet 2006  portant ouverture du bureau.

Cette conférence organisée pour clôturer les activités du bureau du HCDH prévu le 30 juin s’est  déroulée  en présence  du  Premier  ministre  Komi  Sélom  Klassou,  des  membres  du gouvernement, des organisations internationales et des structures nationales de défense des droits de l’Homme.

Des représentants des départements ministériels, des institutions de la république, la société civile  et  des médias  ont  débattu  des  questions  liées  aux   droits  de  l’homme  sur  le  thème « Evaluation de la situation des Droits de l’Homme au Togo, huit ans après l’accord du 10 juillet 2006, portant ouverture du bureau : bilan, défis et perspectives ». Ils ont recensé des problèmes qui subsistent en matière de droit de l’Homme puis défini des stratégies à adopter pour y remédier.

Le premier ministre a déclaré que le Togo est actuellement sur une bonne lancée en termes des progrès reconnus grâce à la collaboration avec le bureau du HCDH, ce qui justifie, selon lui, la fin de ses activités au Togo. Il a cité comme exemple, la ratification du protocole facultatif à la convention contre le torture et autres peines ou traitements cruels inhumains ou dégradants, la loi portant abolition de la peine de mort, la loi portant code de l’enfant, la loi portant protection sociale des  personnes  handicapées,  la  liberté  d’expression,  de presse,  de  réunion  et  de  manifestation pacifique. M. Klassou a cependant reconnu qu’il existe encore des défis à relever tels que le taux élevé  de  chômage,  le  droit  à  la  propriété  foncière  qui  est  source  de nombreux  conflits  et l’incrimination de la torture par le code pénal.

Le chef du gouvernement a lancé un appel à tous les acteurs à œuvrer pour sauvegarder les acquis du passage du HCDH au Togo.

La  représentante  résidente  du  HCDH  au  Togo,   Madame  Olatokunbo  Ige  a  réitéré  la disponibilité du HCDH à continuer à assister le Togo dans ses efforts pour la promotion et la protection des Droits de l’Homme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *