La Banque africaine de développement et le gouvernement de Madagascar signent des accords de financement de 36,5 millions d’euros pour le renforcement des réseaux de transport d’électricité

 Le Groupe de la Banque africaine de développement (AfDB.org) et le gouvernement de Madagascar ont signé, le 15 novembre dernier, des accords de financement de 36,48 millions d’euros pour la mise en œuvre de la seconde phase du Projet de renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport d’énergie électrique à Madagascar.

Les accords de prêt ont été signés entre le Gouvernement et la Banque lors d’une cérémonie organisée en marge de la signature de l’accord de concession « BOOT » et du contrat d’achat d’électricité entre le gouvernement de Madagascar et le consortium Themis–Eiffage-Eranove. Ces contrats entrent dans le cadre de la conception, la construction, l’exploitation et le transfert de la centrale hydroélectrique de Sahofika de 205 mégawatts sur la rivière Onive, à 100 kilomètres au sud-est de la capitale, Antananarivo.

La cérémonie s’est déroulée au Palais d’État d’Iavoloha, en présence du président de la République de Madagascar, M. Andry Nirina Rajoelina, et du vice-président de la Banque africaine de développement en charge de l’Électricité, de l’Énergie, du Climat et de la Croissance verte, M. Kevin Kariuki. « Les différents engagements signés renforcent notre optimisme pour le secteur de l’énergie de Madagascar. Ils garantissent le transport en temps voulu, de l’énergie qui sera produite par le projet Sahofika, éliminant ainsi le risque lié aux paiements d’énergie, qui se produit parfois dans les cas de projets indépendants qui font souvent l’objet de différends », a déclaré Kevin Kariuki.

« La Banque restera l’un des acteurs de premier plan pour soutenir les efforts du pays dans le développement du secteur de l’électricité, a affirmé Adam Amoumoun, responsable-pays de la Banque africaine de développement à Madagascar. Nous contribuons ainsi à la modernisation du réseau interconnecté de transport et de distribution ainsi qu’au renforcement des capacités de production à partir de sources d’énergie renouvelable. »

Le Projet de renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport d’énergie électrique à Madagascar (PRIRTEM) cible la construction d’une ligne électrique de 220 kV sur 135 kilomètres, entre Antananarivo et Antsirabe, avec une capacité de 300 mégawatts. Il permettra l’électrification de localités rurales autour de Soanindrariny. Cette ligne électrique, qui traversera les régions d’Analamanga et Vakinankaratra, doit permettre le transport de l’énergie électrique qui sera produite par la future centrale hydroélectrique de Sahofika. Elle doit également faciliter l’échange d’énergie entre les réseaux interconnectés du pays. En plus de la ligne de transport d’électricité, le projet prévoit la construction de quatre postes de sous-stations (Tana Sud III, Vinanikarena), qui renforceront la distribution d’électricité dans les deux grandes villes et localités rurales traversées.

Après avoir financé la phase I du projet, la Banque africaine de développement démontre, par son soutien à la seconde phase, son plein engagement à soutenir Madagascar dans le développement de ses réseaux de transport électriques, et du secteur de l’énergie en général.

À terme, la phase II du projet devrait contribuer à accroître le taux national d’accès à l’électricité à 30%. Il vise plus de 42 000 nouveaux bénéficiaires au réseau électrique, dont le secteur privé et les services publics, ainsi que la création de plus de 300 emplois directs, dont 30% réservés aux femmes.

Le coût total de la phase II du projet avoisine 101 millions d’euros. La Banque africaine de développement a joué le rôle de chef de file pour la préparation du projet, en finançant les études de faisabilité et en mobilisant des partenaires pour le cofinancement, à savoir la Banque européenne d’investissement (BEI) et le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID).