KPENDJAL: LA POPULATION DE MANDOURI RESOLUE A CULTIVER LA PAIX ET LA NON VIOLENCE

Une réunion de concertation et d’échanges a eu lieu, le samedi 13 février à Mandouri, entre les ministres de la Sécurité et de la Protection civile, Gal. Yark Damehane et de l’Eau et l’Hydraulique villageoise, Bolidja Tiem et la population. Cette rencontre fait suite au soulèvement de la jeunesse qui a été suivi de l’intervention des forces de l’ordre le 09 février dans la localité. Il s’agissait d’une manifestation des jeunes revendiquant, entre autres, la démission du préfet Youa Yacoubou pour cause de corruption ; la reprise des travaux de bitumage de la route Dapaong-Mandouri, longue de 107 km et l’achèvement des travaux de construction du pont par l’entreprise EBOMAF, sur le fleuve Oti qui traverse la localité. Ils demandaient aussi la Le ministre Yark dans ses explications à l’assistance. fourniture de l’électricité 24 H sur 24, pour permettre à la population de travailler dans de bonnes conditions et la construction d’un château pour la fourniture en eau potable. Le général Yark Damehane, chef de la délégation et porte-parole du chef de l’État, après avoir déploré les incidents malheureux survenus dans la localité, a convié la population à promouvoir la culture de la paix pour une cohésion sociale entre la population et les autorités locales. Le ministre a souhaité que ces assises créent et ouvrent des espaces de dialogue pour permettre aux différents responsables de discuter dans un cadre de convivialité. Le Gal. Yark a souhaité que ce cadre de discussion permette aux protagonistes de s’accepter, de dissiper les malentendus pour une compréhension mutuelle. Il a rassuré que le chef de l’Etat est sensible aux préoccupations des populations de Mandouri. Le ministre a souligné qu’aucun problème n’a jamais trouvé de solutions dans la violence. Il a appelé les uns et les autres à être vigilants, en raison de la situation géographique de la ville de Mandouri par rapport au Burkina-Faso et au Benin. L’orateur a invité les participants à être des messagers de paix auprès des autres et à proscrire tout acte de violence qui freinera le développement harmonieux de la localité. Pour la question d’eau potable, le ministre en charge de l’Eau, Bolidja Tiem a promis que toutes les mesures seront prises pour que les techniciens se mettent au travail dans les prochains jours pour la construction d’un château d’eau, précisant que le président de la République connaît le problème de pénurie d’eau dans le Kpendjal. Il a appelé la population à réfléchir au développement du milieu. Les deux ministres ont déploré les travaux inachevés du pont sur le fleuve Oti qui font des victimes chaque année à cause du chavirement des pirogues. Ils ont promis de transmettre fidèlement les doléances à qui de droit et de libérer les personnes arrêtées lors du soulèvement dans un bref délai. Les ministres ont profité de l’occasion pour rappeler les mesures barrières prises par le gouvernement pour rompre la chaîne de contamination à la pandémie du coronavirus. Le préfet de Kpendjal-Est, s’est réjoui de la tenue de cette assise qui va permettre de promouvoir et de soutenir la politique de paix, de sécurité et de compréhension mutuelle du chef de l’État dans la préfecture. Il a demandé à Dieu Tout Puissant d’accorder sa miséricorde aux participants afin qu’une solution idoine soit trouvée aux problèmes qui minent le développement du milieu. L’orateur a également exprimé sa gratitude au président de la République, Faure Gnassingbé qui ne ménage aucun effort pour l’épanouissement et le bien-être des Togolais.

GEK/KYA