Interview du président de l’ONG Action des Jeunes pour le Développement Intégral (AJEDI)

L’ONG Action des Jeunes pour le Développement Intégral (AJEDI) est UNE ONG NATIONALE DONT LE SIEGE EST basé au Togo à Lomé et Notsè. Elle travaille sur les questions de l’économie bleue, l’agriculture biologique et environnement, puis l’autonomisation économique de la femme et la lutte contre le blanchiment de capitaux. Cette organisation non-gouvernementale a un accord-programme avec l’Etat togolais.

 Nous sommes allés à la rencontre du président de l’ONG AJEDI, M. Sylvain AKATI qui a bien voulu échanger avec nous. Il est aussi deuxième rapporteur national du CN-REED+, PROCESSUS « (Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forets).

 Avez-vous été impacté par la pandémie du coronavirus ?

Nous n’avons aucun problème. Nous faisons de notre mieux comme toute autre organisation. La crise a impacté tous les secteurs y compris le nôtre mais chaque année, nous continuons par accompagner les acteurs de la pêche, nous reboisons et suivons aussi les femmes maraichères dans la culture de l’adémé à Lomé et à l’intérieur du pays.

 Que faites-vous en ces temps de pandémie pour le public ?

 Ce que nous faisons en ces temps de crise, c’est mettre l’accent sur le respect des mesures barrières. Nous en parlons dans chaque activité. Au même moment, nous procédons à la distribution de masques anti-covid et mettons un accent sur la sensibilisation. Lors de nos déplacements, nous offrons aussi des dispositifs de lavage de mains.

Notons que dans cette crise, nous aidons les femmes productrices qui ont du mal à convoyer leurs produits au marché, à trouver de la main d’œuvre. Nous essayons de les aider à s’en sortir.  Il y a de cela quelques mois, nous avions distribué de l’engrais dans le nord du pays pour aider les populations à restaurer les sols puis des masques et des gels hydro alcooliques pour lutter contre la pandémie.

Donnez-nous quelques raisons pour lesquelles le public doit vous faire confiance ?

 C’est par le travail. A titre personnel, je ne suis qu’une goutte d’eau dans la mer. Nous avons déjà dépassé les frontières du Togo quant à l’ONG. Ce qui veut dire que nous sommes reconnus.  L’Etat nous fait confiance. Ce sera aux experts de se prononcer sur notre crédibilité.

 Votre mot de fin

Je lance un appel aux ONGs de prendre patience car le Togo est en train de revoir les textes pour UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE DES ONG AU TOGO. Il faut une loi nationale pour permettre aux Organisations de bien faire leur travail car la loi de 1901 est caduque. Pour les journalistes, il faut qu’ils continuent par nous accompagner afin que nous puissions relever le défi du développement du Togo