EST-MONO : LE COLLECTIF DES JEUNES POUR LE DEVELOPPEMENT ENTAME SA TOURNEE NATIONALE Elavagnon,

  Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) en collaboration avec le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) a entamé le samedi 21 octobre à

Elavagnon une tournée nationale placée sous le thème « Culture de la paix –Entrepreneuriat rural et autonomisation des jeunes : défis et opportunités » dans le cadre du projet « Agir pour Bâtir la Cité (ABC) ».

A travers cette tournée, les organisateurs veulent partager des informations et expériences visant à baliser la voie pour la réussite de ses programmes et sensibiliser la jeunesse sur les valeurs civique à savoir le patriotisme, l’acceptation  de l’autre et le vivre ensemble.

L’objectif est aussi d’accompagner les jeunes dans les initiatives entrepreneuriales en vue de créer des créneaux porteurs de richesse et bouter la pauvreté hors des communautés à la base.

A la fin de la rencontre, un bureau préfectoral du CJD de 9 membres dirigé par M. N’ Kota Matthieu a été mis en place en présence du conseiller du président de la République, Emmanuel Tchouko, du préfet de l’Est Mono, Biténiwé Kouma, des présidents de CNJ et de CJD, respectivement, MM. Régis Batchassi et Adanbounou Akouété, des autorités traditionnelles administratives et militaires.

A l’occasion, la jeunesse de l’Est Mono, a écouté une communication sur la notion de la jeunesse et de l’emploi, suivi l’historique du CJD, sa création, son but et ses opportunités. Le collectif a également dévoilé son programme décliné en trois projets majeurs à la jeunesse à savoir la création du système intégré agricole ; la création de la maison du savoir et des opportunités et enfin un geste, une vie. L’assistance a été invitée à former des groupements par activités pour bénéficier des atouts de ces projets. Pour le président du CJD, M. Adanbounou, la jeunesse est le fer de lance du développement et de son niveau de formation, de conscience et d’engagement dépend le développement de la nation. Pour ce faire, a-t-il dit, il faut canaliser tous ses talents pour le développement durable des différentes communautés. M. Adanbounou a conclu que tout ceci ne peut se faire que dans la paix, la quiétude, avant d’inviter la jeunesse à préserver le climat de paix qui règne au Togo et à le pérenniser.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *