DES JOUNALISTES A L’ECOLE SUR LA MISSION DE L’AGENCE NATIONALE DE LA PROTECTION CIVILE

 

 

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile, a travers L’agence nationale de la protection civile (ANPC), organise ce mardi 22 mai à Lomé, un atelier d’information sur les objectifs et missions de cette agence a l’endroit des journalistes, des responsables de communication des confessions religieuses et de la chefferie traditionnelle.

Cet atelier a pour objectif de renforcer l’implication des journalistes et autres acteurs dans le processus de prévention, d’alerte et de gestion des catastrophes au Togo. De façon spécifique, il s’agit de faire connaitre les objectifs de l’ANPC aux professionnels des medias, d’impulser la dynamique de communication des medias pour la réduction des risques de catastrophes, d’élargir le champ de diffusion des bulletins de prévention et d’alerte. Il est également question de s’approprier le système d’alerte précoce entant qu’’acteurs intervenant sur le terrain, de disposer d’un répertoire et du réseau de journalistes et medias pour l’information, l’éducation et la communication sur les risques de catastrophes.

Les participants suivront des présentations sur des modules, entre autres, l’ANPC : organisation et fonctionnement ; Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes et le Togo ; Coordination des urgences et crises de catastrophes au Togo et le système national d’alerte précoce aux inondations.

 

Ils seront également éclaires sur la collaboration des services hydrologiques, météorologiques, de la Croix-Rouge togolaise, de la Centrale électrique du Benin (CEB) pour la prévention des inondations au Togo et sur les rôles et responsabilités des journalistes et medias dans la prévention des risques et menaces, l’alerte précoce et la gestion des urgences et catastrophes.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection, Gal. Yark Damehame, ouvrant les travaux a indique que le gouvernement togolais, avec l’appui des partenaires en développement, a consenti beaucoup d’efforts pour développer une culture de résilience face aux risques de catastrophes. Selon lui, au nombre de ces risques figurent la réalisation d’une cartographie des zones a risques d’inondation dans les régions Maritime et des Savanes, l’élaboration d’une stratégie nationale de réduction des risques de catastrophes, d’un plan national de contingence, d’un plan d’organisation des secours, et l’installation régionales dotées de plans d’action opérationnels. « Je souhaite que la collaboration qui vient de s’établir entre l’ANPC, les journalistes et les organes de presse, soit empreinte de sérieux et d’objectivité afin que l’on puisse désormais éviter les improvisations et les

erreurs du passé dans la gestion des événements catastrophes », a-t-il souligne.

Le ministre en charge de la Communication, Guy Madje Lorenzo, a invite tous les participants à jouer leur rôle de relais d’informations avec professionnalisme et dans le respect de la déontologie du métier. « IL est temps, que par l’éveil de la conscience collective, tous les acteurs de la vie sociale s’accordent a contribuer a une meilleure gestion des risques catastrophes pour le bienêtre de tous notamment la population vulnérable », a-t-il dit.

Pour le directeur général de l’ANPC, Lt-col Baka Yoma, la mission principale de l’agence est la coordination de toutes activités rentrant dans le cycle de la gestion de catastrophes notamment la prévention, la préparation, la gestion a la réponse, la mitigation et le relèvement. Selon lui, le métier de journaliste lui confère une proximité avec les populations qui fait de lui, un partenaire de choix dans la prévention et la réduction des risques de catastrophes auxquels tout le monde est expose. « Nous avons mené des activités d’assistance sur toute l’étendue du territoire national notamment aux sinistrés des inondations de 2017 dans la région Bas-Mono, à Tchamba, la réalisation un bulletin d’information sur les inondations pour les mois de mars, avril et mai, une tournée de sensibilisation dans presque toutes les préfectures à hauts risques et nous assurons la veille permanente sur les systèmes d’alerte précoce pour éviter des surprises », a-t-il relève.

L’ANPC a été créée le 31 janvier 2017 par décret N° 2017-011, suivi de l’adoption de sa politique nationale par décret N°2017-022 du 25 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *