COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA LCT

Nous avons constaté ce 18 mars 2021, des manifestations spontanées des consommateurs à travers plusieurs localités du pays dans le but de protester contre les augmentations des frais de passage au poste de péage décidées unilatéralement par le gouvernement. Comme nous l’avons dit dans plusieurs de nos interventions publiques, l’acte du gouvernement n’est rien d’autre  qu’un mépris qui enfonce de plus les consommateurs dans une précarité. Les organisations de consommateurs n’ont pas été consultées avant cette décision. Les consommateurs ont le droit d’être représentés. Les organisations syndicales ne peuvent aucunement  jouer ce rôle de représentation, car leur mission ne le permet pas. Nous demandons à Mme Le Premier ministre de faire libérer les jeunes arrêtés lors des manifestations spontanées suite à la hausse des tarifs de passage au péage. On ne peut pas taper un homme et lui refuser de pleurer. Les consommateurs ont le droit de refuser une offre qu’ils jugent inopportune et suicidaire. Le gouvernement doit savoir que cet acte d’augmentation des frais tous azimuts constitue pour les consommateurs un péché originel. Il n’ y a plus grand péché que cet acte que le gouvernement a pris à un moment où le pouvoir d’achat est au plus bas niveau pour les consommateurs. C’est sorcier. Nous invitons le gouvernement à revenir sans conditions sur les tarifs d’avant afin d’apaiser les mécontentements. La LCT apporte son soutien à toute revendication pacifique, car la constitution nous le concède.
Fait à Lomé, le 19 mars 2021 Pour la LCT,
Le président
Emmanuel SOGADJI