BINAH/ COVID -19 : LE COMITE LOCAL DE RIPOSTE DOTE DE MATERIEL ET DISPOSITIF DE LAVAGE DES MAINS

Pagouda,  Le comité local de lutte contre le Coronavirus (COVID19) de la préfecture de la Binah a bénéficié, le mardi 21 avril à Pagouda, d’un don de matériel et de dispositifs de lavage des mains.

Offerts par le groupe des jeunes cadres de la Binah, cette action s’inscrit dans le cadre du projet « Jeunes cadres de la Binah contre le COVID 19 » et répond à l’appel au respect des gestes barrières de riposte contre la pandémie recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et relayées par le gouvernement togolais.

Le don est essentiellement composé de 50 dispositifs de lave-mains, de bidons de 25 litres

de savon liquide, de 5 litres d’eau de javel et de boîtes de javel en pastilles, d’un bidon de 5 litres d’alcool médical, de flacons de gel hydro alcoolique, de thermo flash, de gants, ainsi que de paquets de bavettes et des posters de sensibilisation.

Il permettra aux usagers des structures sanitaires et des services déconcentrés de l’Etat de la préfecture de se prémunir des risques de contamination du Covid-19 et surtout de limiter sa traversée des frontières Togo-Bénin.

En réceptionnant le don, le préfet de la Binah, également président du comité local de riposte contre coronavirus, Ataba Abalounorou a salué la démarche des donateurs. Il a exprimé sa satisfaction par rapport à la contribution des uns et des autres à la riposte contre la propagation du coronavirus dans la préfecture.

Le chef de mission du groupe des jeunes cadres, Maganawé Ismaël a fait savoir qu’il était important pour la jeunesse de la Binah de se mobiliser pour appuyer ce comité local de riposte

contre le COVID-19 en l’accompagnant dans ses stratégies de lutte par des séance de sensibilisation sur le respect des mesures de prévention et de protection prises par le gouvernement et par des moyens nécessaires afin de stopper la propagation de la pandémie.

Pour lui, la préfecture de la Binah est une zone frontalière par laquelle transitent les jeunes qui sont partis en aventure au Bénin et Nigéria et qui seront bientôt de retour d’où la nécessité d’aider le comité à mettre les garde-fous.

BA/SAS