Au Togo, les Eglises cherchent à s’adapter à la pandémie du coronavirus

L’Association chrétienne pour la gestion des églises (ACGE) a été lancée en 2019. Sur le terrain, elle travaille avec les églises afin de les aider à mieux s’organiser. Cette association qui se veut un outil au service des églises a organisé samedi 6 mars 2021 un déjeuner de réflexion. En ces temps de pandémie, cette rencontre a été axée sur l’actualité. « Face à la COVID-19, l’Eglise peut-elle retrouver sa gestion, ses animations et ses pratiques d’autrefois ? ». Tel est le thème retenu. Il est question de voir comment la pandémie affecte le travail des Églises au Togo, et comment s’adapter sans toutefois tomber sous le coup de la Loi et en conflit avec l’Etat togolais.

Les différents invités ont participé à cette réflexion dans le respect des mesures barrières. A travers un tel événement, l’association explique vouloir amener les participants à réfléchir sur les effets de la pandémie sur les activités. Ensuite, il est question de proposer des palliatifs en vue de s’adapter aux changements imposés durant cette crise.

En effet, l’État avait procédé à la fermeture puis à la réouverture partielle des églises. Tout cela s’accompagne de restrictions sanitaires comme le port de masques, le lavage des mains, la distanciation sociale. Des Forces anti-pandémie avaient été formées pour suivre le respect des mesures.

Et comme l’explique Président de ACGE Emmanuel Attigan, l’association milite pour une bonne entente entre l’État togolais et les différentes confessions religieuses. Elle se veut un intermédiaire qui amène chaque partie à faire son travail comme il faut afin de créer l’harmonie nécessaire pour l’évangélisation. L’association ne vise pas à s’imposer aux Églises mais travaille dans une approche d’accompagnement. L’ACGE compte insuffler une dynamique de gestion inclusive, participative, et axée sur le résultat dans les Églises du Togo. Elle prévoit aussi de nombreuses actions au cours de cette année 2021. 

Af