AGOÉ-NYIVÉ/13ème RÉUNION DES CHEFS DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT ET DE SÉCURITÉ DE L’INITIATIVE D’ACCRA : LES ACTEURS ONT ECHANGE SUR LA SITUATION SÉCURITAIRE DES PAYS MEMBRES

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile a organisé, les 22 et 23 avril à Agoè-Nyivé, la 13ème réunion des chefs de services de renseignement et de sécurité de l’initiative d’Accra, sur la situation sécuritaire des pays membres. La rencontre a connu la participation des chefs de délégation des services de renseignement des pays membres à savoir le Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Ghana, Niger, Mali et Togo. Elle a permis de faire le suivi de la mise en œuvre des recommandations de la 12ème réunion des experts tenue en janvier 2020 à Bamako (Mali), de faire des propositions pragmatiques pour la relance des activités de l’initiative d’Accra et de valider le projet d’organigramme du secrétariat exécutif de l’initiative d’Accra. Les délégations ont échangé sur la situation sécuritaire dans ces différents pays. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damhane a indiqué que cette pandémie a été exploitée comme une opportunité par les groupes terroristes et autres réseaux criminels transnationaux qui ont maintenu leur pression de menace sur l’Afrique de l’ouest tout en visant le Golfe du Guinée. Il a relevé que les avancées réalisées par l’Initiative, attirent des convoitises de la part de nombre d’organisations telle que la Pro-médiation, l’Union européenne et leG5 à travers la police civile des Nations unies. Raison pour laquelle, ajoute-t-il, ces assises permettront aux délégués de relever le défi de la situation sécuritaire dans les pays membres de l’Initiative d’Accra. Le ministre Yark a exhorté les participants à des échanges et recommandations fructueuses pour une situation stable dans ces pays. Le directeur général de service de renseignement du Togo, le col. Tchakpelé Akli-Esso a indiqué que «Nous ne réussirons jamais à vaincre individuellement la criminalité transnationale notamment le terrorisme, vus les énormes moyens dont disposent ces criminels et leur mobilité, favorisée surtout par la porosité de nos frontières». Il a rappelé que c’est ensemble que les différents acteurs des pays membres vaincront ces fléaux qui menacent gravement la paix et la sécurité de la sous-région. ASA/KYA