Afrique : Les alertes précoces sauvent des vies sur le lac Victoria, en Afrique

Un projet mené à bien pendant quatre ans en Afrique de l’Est a montré comment des services météorologiques, hydrologiques et climatologiques de meilleure qualité permettent de sauver des vies et des moyens de subsistance, et de soutenir le développement socio-économique des populations vulnérables.

Au titre du projet HIGHWAY (système d’avis de conditions météorologiques à fort impact à l’échelle du lac Victoria) (https://bit.ly/3w7o08y), un système pilote d’alerte précoce a été déployé à l’échelle régionale pour informer les pêcheurs et d’autres acteurs locaux de la survenue de phénomènes météorologiques à fort impact sur le lac Victoria. On assiste à une mobilisation croissante en faveur des investissements nécessaires à son élargissement, dans le contexte du plan de mise en œuvre du projet de système régional d’alerte précoce à l’horizon 2025 de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE).

Selon les premières études, le projet HIGHWAY a bénéficié directement à plus de 200 000 personnes, et indirectement à 1,4 million de personnes. Il a été financé par le Ministère des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement du Royaume‑Uni (FCDO) dans le cadre de son programme WISER (Services d’information météorologique et climatologique pour l’Afrique).

Toujours selon ces études, il a également permis de réduire de 30 % les décès liés aux conditions météorologiques sur le lac. Ainsi, plus de 300 vies ont été sauvées chaque année. Les retombées économiques du projet sont estimées à 44 millions de dollars É.-U. par an, soit un rapport bénéfices-coûts de 16:1.

«Le projet HIGHWAY démontre qu’en améliorant la disponibilité et l’utilisation d’alertes précoces conçues en collaboration avec les parties prenantes, on protège des vies et des moyens de subsistance et on améliore la situation économique et sociale des populations vivant dans le bassin du lac Victoria», a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, M. Petteri Taalas. «L’OMM espère que ce modèle pourra être transposé à d’autres régions d’Afrique et, d’ailleurs, au reste du monde», a-t-il ajouté.

Le bassin du lac Victoria fait vivre environ 25 % des riverains. Il abrite la plus grande zone de pêche intérieure d’Afrique, qui produit environ un million de tonnes de poisson par an, emploie plus de 200 000 pêcheurs et génère des exportations à hauteur de plus de 500 millions de dollars É.-U. par an. Plus de 30 millions de personnes vivent sur les rives du lac, qui comptent 1 400 plages ou embarcadères accueillant 50 000 bateaux.

Les accidents de navigation sur le lac causés par des vents forts et des vagues font en moyenne 3 000 à 5 000 victimes chaque année. Avant le lancement du projet HIGHWAY, aucun système régional d’alerte précoce n’était exploité pour protéger la santé et la sécurité des personnes qui dépendent du lac.

Un épisode de fortes précipitations a causé une montée des eaux record et mis en évidence la nécessité de diffuser des alertes précoces sur le lac Victoria. Les inondations qui en ont résulté ont entraîné le déplacement de plus de 200 000 personnes vivant sur les rives kényanes, ougandaises et tanzaniennes.

Grâce à l’amélioration de la coopération régionale entre les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie, les pertes humaines ont été réduites au minimum. Ainsi, un ensemble de prévisions maritimes harmonisé au niveau régional et couvrant l’ensemble du lac Victoria a été émis deux fois par jour tant en anglais que dans les langues locales.

«Le projet HIGHWAY du programme WISER est un excellent exemple de la manière dont on peut renforcer la résistance au changement climatique en améliorant les services météorologiques et climatologiques. Il est le fruit d’une collaboration avec des partenaires de toute l’Afrique de l’Est. Il a eu pour effet d’améliorer les services et a suscité un engagement en faveur de sa poursuite. Il démontre qu’en mutualisant leurs financements et en agissant de manière coordonnée et collaborative, des organismes partenaires peuvent avoir un impact significatif sur les vies et les moyens de subsistance. Moins de vies perdues et moins de biens endommagés», a indiqué M. Julius Court, Haut-Commissaire adjoint et Directeur du développement au FCDO, depuis Nairobi, au Kenya.

Depuis son lancement en 2017, le projet a permis de renforcer les capacités des SMHN participants en consolidant les cadres institutionnels, en améliorant l’accès aux sources de données et en renforçant la coordination entre les prévisionnistes et les bénéficiaires.

Parmi les principales réalisations, on peut citer:

  • Des prévisions conçues conjointement par les SMHN et les communautés de pêcheurs, pour répondre au besoin de ces derniers de sortir sur le lac en toute sécurité;
  • La communication d’alertes par les SMHN, en cas de conditions météorologiques à fort impact, à destination des communautés de pêcheurs via des bulletins radio, des drapeaux, des tableaux d’affichage et des applications de messagerie sociale;
  • La création d’un centre régional du WIGOS (Système mondial intégré des systèmes d’observation de l’OMM) géré conjointement par les Services météorologiques du Kenya et de la Tanzanie pour surveiller la qualité des données météorologiques en Afrique de l’Est;
  • L’amélioration de la qualité des données météorologiques grâce au perfectionnement des outils d’observation dans le bassin du lac Victoria, notamment la remise en service des stations d’observation en altitude de la région;
  • Le développement et le perfectionnement d’outils météorologiques (modèle «4 km Unified East Africa» du Service météorologique du Royaume-Uni, RDT (Rapid Development Thunderstorm), produits Near-Cast et produits sur l’intensité des précipitations de convection) pour améliorer la précision des prévisions de conditions météorologiques extrêmes dans la région.

Par l’entremise de la CAE, le projet a également permis d’élaborer une stratégie régionale de coordination des avis de phénomènes météorologiques dangereux dans les six États membres de la CAE sous la forme d’un projet de système régional d’alerte précoce à l’horizon 2025 pour l’Afrique de l’Est. Ce projet à l’horizon 2025 a été approuvé en juin 2019 par les ministres participant à la seizième réunion du Conseil sectoriel sur les transports, la communication et la météorologie de la CAE.

Pour sa part, le Secrétaire général adjoint de la CAE en charge des infrastructures et de la planification, M. Steven Mlote, a déclaré que ce projet à l’horizon 2025 pour l’Afrique de l’Est permettrait de mettre en commun des ressources pour renforcer la coopération régionale, d’harmoniser les pratiques et de faciliter les échanges de connaissances aux fins de la diffusion d’alertes précoces uniformisées et axées sur les impacts dans toute l’Afrique de l’Est.

«Pour ce faire, le Programme de prévision des conditions météorologiques extrêmes sous‑tendrait la mise en exploitation du projet à l’horizon 2025 s’agissant des prévisions régionales consensuelles et du regroupement éventuel au niveau régional des alertes produites au niveau national via un système d’alerte multidanger dont la création est envisagée par la CAE», a déclaré M. Mlote.

Perspectives

Les acteurs du projet HIGHWAY appellent désormais les partenaires internationaux à consentir des investissements supplémentaires, pour tirer parti des financements déjà alloués par le FCDO en vue de soutenir la mise en œuvre du projet de système régional d’alerte précoce à l’horizon 2025.

Les pays concernés se sont engagés à intensifier la coopération régionale en vue d’offrir des services d’alerte précoce axés sur les impacts qui soient plus fiables et plus ponctuels, y compris grâce à l’utilisation des données du Système d’information de l’OMM et à l’application de la politique de la CAE en matière de partage des données météorologiques. Ils ont également convenu d’œuvrer au sein de leurs gouvernements respectifs pour assurer un financement durable des activités correspondantes.

Pour plus d’informations sur le projet HIGHWAY :
Vidéo sur le projet – https://bit.ly/31tkp6Y
Page Web consacrée au projet – https://bit.ly/2PAxGYv