Afrique : Ce que la transition politique américaine pourrait signifier pour l’Afrique en général et son secteur pétrolier et gazier en particulier (Par Jude Kearney)

2021 pourrait être le début d’une réinitialisation indispensable des relations des États-Unis avec l’Afrique et ses divers pays et régions. À ce jour, la plupart des gouvernements africains ont répondu positivement aux résultats de la récente élection présidentielle américaine, de nombreux dirigeants africains adressant leurs félicitations à Joe Biden. Ce n’est pas une surprise : la présidence de Donald Trump a été, au mieux, un épisode confus pour l’Afrique et les Africains.

L’héritage africain du président Trump

Malheureusement pour Donald Trump, son utilisation largement rapportée d’un langage profane et vil lors d’une réunion à huis clos pour décrire l’Afrique et d’autres pays en développement est maintenant considérée par beaucoup, y compris la plupart des Africains, comme une preuve claire qu’il n’est pas intéressé par une relation significative ou de soutien avec Afrique. Si j’accepte comme un fait qu’une telle dérogation à tout un continent de peuples témoigne de sectarisme et de mépris à l’égard des Africains, il n’en demeure pas moins que, par certaines mesures, les politiques et les actions de fond de son administration à l’égard de l’Afrique ne sont pas toutes négatives. Par exemple, est-ce un fait que Trump a joué un rôle en facilitant l’accord de « Opep + » du mois d’avril 2020 qui a aidé à stabiliser l’industrie pétrolière et a donné aux pays africains producteurs de pétrole de nouvelles opportunités pour se remettre des difficultés économiques liées au COVID-19 ? Certains hauts fonctionnaires et agences de son administration ont défendu des politiques consacrées à la création d’ouvertures en Afrique pour les investissements américains et occidentaux, mais principalement comme une protection géopolitique contre les principaux rivaux hégémoniques internationaux de notre pays. En effet, le programme Prosper Africa a été lancé par son administration conformément à l’intention déclarée d’utiliser les ressources de la nouvelle société américaine de financement du développement hautement capitalisée, pour sécuriser plus vigoureusement des partenariats et des opportunités commerciales pour les entreprises américaines en Afrique.

Mais soyons clairs : parmi les Africains et ceux du secteur privé qui se consacrent au partenariat avec des pays et régions en développement et en Afrique, l’effet net de Trump sur les questions d’Afrique aux États-Unis est profondément négatif. Il n’a gagné aucun ami en Afrique par le dénigrement susmentionné de l’Afrique en tant que « pays de merde », ni par l’émission spontanée et par ailleurs non fondée d’ordres limitant les voyages aux États-Unis à partir de plusieurs États africains à partir de 2017. Dans un mouvement qui a attiré les critiques de nombreux observateurs (dont moi-même), son administration s’est également retirée de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) en 2017, affaiblissant ainsi le combat contre la corruption dans les industries extractives (notamment le secteur des hydrocarbures). Et la référence de « merde » était troublante au-delà de son caractère saisissant et non présidentiel : ce commentaire est venu comme une fleur, en quelque sorte, destiné à ponctuer sa vision du manque d’attrait des Africains qui immigrent aux États-Unis. Comme l’a raconté un officiel présent à la réunion, Trump préférerait plutôt les émigrés de Norvège.

Dans l’ensemble, en ce qui concerne l’administration Trump, les relations américaines avec l’Afrique s’amélioreront probablement du fait de la sortie de Trump, alors même que les observateurs cherchent à maintenir et à développer les quelques politiques et initiatives de Trump qui sont utiles aux relations Etats-Unis – Afrique. Il ne reste donc plus qu’à voir ce que l’administration Biden présage.

Dans quelle mesure les relations américaines avec l’Afrique seront-elles nettement meilleures sous Biden ?

Pour une foule de raisons, y compris sa réputation auprès de la communauté afro-américaine, sa réputation de stabilité et de raison, et sa renommée pour son expertise en politique étrangère et sa bonne volonté diplomatique, Biden en tant que président est déjà considéré par les Africains et les africanistes comme une amélioration par rapport à Trump. On s’attend à ce que Biden donne un ton différent. En outre, tout au long de sa campagne présidentielle, Biden a engagé un groupe de spécialistes dévoués de l’Afrique et de la politique étrangère pour l’aider à définir et à véhiculer une politique africaine positive et substantielle. En effet, l’équipe de transition de Biden s’est déjà engagée à viser un « engagement mutuellement respectueux envers l’Afrique avec une stratégie audacieuse », il semble donc prudent de supposer que la nouvelle administration adoptera une approche beaucoup moins conflictuelle à l’égard de l’Afrique, avec un clin d’œil important à l’amélioration des relations commerciales et diplomatiques entre les États-Unis et les pays africains.

Il est donc au moins rassurant qu’il y aura une interaction sérieuse et respectueuse entre le gouvernement américain et ses différents homologues bilatéraux en Afrique. Mais la politesse suffira-t-elle ? L’administration Biden sera-t-elle disposée à travailler avec l’Afrique de manière productive et substantielle, ou proposera-t-elle surtout des salutations et une rhétorique chaleureuses ? En particulier, la nouvelle administration créera-t-elle de véritables partenariats avec certains gouvernements africains et, surtout, l’administration Biden suivra-t-elle un chemin dans ses politiques africaines qui fera progresser les objectifs américains tout en reconnaissant la juxtaposition unique de la demande continue et croissante de l’Afrique en matière de production d’électricité et de réduction de la pauvre, d’une part, alors que d’autre part, elle doit s’appuyer massivement sur les ressources extractives, y compris les hydrocarbures, pour capitaliser l’installation d’énergie et la réduction de la pauvreté.

L’énigme énergétique de l’Afrique

Ainsi, en regardant de manière plus détaillée l’avenir de la politique américaine en Afrique sur les économies africaines, que signifie la transition présidentielle américaine imminente pour le secteur pétrolier et gazier africain ? En vertu de mon rôle à la Chambre africaine de l’énergie, je dois simplement demander : comment l’administration Biden va-t-elle aborder le pétrole et le gaz africains ? Est-elle susceptible de s’efforcer de renforcer l’un des piliers les plus importants de l’économie du continent, ou se concentrera-t-elle sur d’autres questions ? Comment traitera-t-elle les problèmes de pauvreté énergétique ? Les États-Unis aideront-ils à financer une transition énergétique pour l’Afrique et à réfléchir avec les dirigeants africains sur l’équilibre entre l’optimisation des ressources extractives de l’Afrique tout en planifiant un avenir durable pour le continent et la planète ? Ou plutôt, sur ces questions épineuses, les pays africains seront-ils laissés à eux-mêmes pour rechercher des partenariats et un soutien sur ces questions ailleurs ? (Il y a fort à parier que la Chine, la Russie et d’autres seront bien heureuses si cette dernière approche est prise.) Bien que je ne m’y attendais certainement pas, une question connexe devrait également être posée : le département du Trésor de Biden poursuivra-t-il des politiques où sa position par défaut est de se méfier et de punir les gouvernements africains par des sanctions et des restrictions monétaires et bancaires punitives, augmentant les chances que certains pays n’obtiennent jamais la traction développementale pour se sortir de la stagnation? Y aura-t-il, en particulier, une brusque attitude anti-financement à l’égard des hydrocarbures, le plus gros produit d’Afrique ? La nouvelle administration utilisera-t-elle la bonne volonté dont elle jouira avec l’Afrique lors de l’inauguration et les initiatives des agences de l’administration pour favoriser des alliances plus solides entre les entreprises américaines et africaines avec le secteur privé ? En ce qui concerne l’expansion du commerce entre le continent africain et les États-Unis, comment les États-Unis pourraient-ils apporter leur contribution et leur partenariat avec l’Afrique sur l’élaboration du projet d’accord de libre-échange africain et comment la loi américaine sur la croissance et les opportunités en Afrique pourrait-elle être améliorée et renforcée de manière à améliorer considérablement les avantages commerciaux directs entre les États-Unis et certains pays africains ?

Les réponses de l’administration Biden à ces questions et à d’autres similaires auront une profonde influence sur la teneur et le succès d’un engagement renouvelé entre l’Afrique et les États-Unis.

Relation entre la politique américaine pour l’Afrique et les priorités nationales des États-Unis, notamment le changement climatique

Tout d’abord, la première priorité de l’administration entrante sera probablement la COVID-19 – et plus particulièrement les implications nationales de la pandémie. Car malgré le récent déploiement de plusieurs types de vaccins, les taux d’infection sont en hausse aux États-Unis – et pourraient continuer d’augmenter pendant un certain temps encore. Dans le même temps, l’économie américaine n’a pas encore retrouvé l’élan qu’elle avait perdu au printemps. L’épidémie entraîne toujours la faillite d’entreprises et la perte d’emplois.

Dans ces circonstances, il est logique que Biden se concentre sur le front intérieur. Ce que cela signifie, cependant, c’est qu’il accordera inévitablement plus d’attention à la question de savoir comment compenser au mieux la perte de plusieurs milliers d’emplois dans le secteur pétrolier et gazier américain qu’à la question de savoir comment soutenir au mieux les projets en amont, en intermédiaire et en aval qui pourraient créer des milliers d’emplois en Afrique.

En bref, l’administration Biden ne fera probablement pas du secteur pétrolier et gazier africain une priorité.

Mais ce n’est pas seulement à cause de la pandémie. La deuxième raison est que Biden a identifié le changement climatique comme une menace urgente qui nécessite une attention immédiate. Il l’a dit explicitement lors d’une conférence de presse le 19 décembre, en nommant ses choix pour trois postes au niveau du cabinet au ministère de l’Énergie (DoE), au ministère de l’Intérieur (DoI) et à l’Agence de protection de l’environnement (EPA).

« Mes amis, nous sommes en crise », a-t-il déclaré. « Tout comme nous devons être [une] nation unifiée qui répond au COVID-19, nous avons besoin d’une réponse nationale unifiée au changement climatique. Nous devons affronter le moment avec l’urgence qu’il exige, comme nous le ferions lors de toute urgence nationale. »

Biden a également décrit le changement climatique comme « la menace existentielle de notre temps ».

Ces déclarations sont toutes parfaitement conformes aux nobles objectifs énoncés sur le site Web de la campagne Biden. Ils suggèrent que la nouvelle administration américaine se prononcera de manière décisive du côté des initiatives d’énergie renouvelable et zéro émission aux dépens du pétrole et du gaz. Ils suggèrent que l’équipe de Biden pourrait ne fournir aucun soutien, financier ou autre, pour les projets qui visent à aider les entreprises africaines et internationales à transformer les abondantes réserves d’hydrocarbures du continent en carburant pour l’industrie nationale. Et ils suggèrent que Washington pourrait ne pas être trop sympathique aux pays africains qui tentent de réduire leur empreinte carbone en développant l’utilisation du gaz naturel comme carburant pour la production d’électricité.

Le rôle de la Chine en Afrique : l’Afrique demande la faveur de l’attention des États-Unis et les pratiques commerciales américaines comme alternatives

Si une politique strictement anti-hydrocarbures domine la position des États-Unis à l’égard des économies africaines, les États africains n’ont guère d’autre choix que de s’opposer à de telles politiques qui feraient essentiellement fi de la principale source de survie économique du continent. Et cela peut avoir pour conséquence clairement involontaire de pousser plus profondément les États africains dans les bras d’autres prétendants géopolitiques qui reconnaissent le rôle inévitable que jouent les ressources en hydrocarbures dans l’économie africaine.

Ce recul ne viendra pas seulement parce que les centrales au gaz, une utilisation créative et croissante des abondantes ressources d’hydrocarbures de l’Afrique, génèrent moins de dioxyde de carbone que d’autres produits pétroliers – tout en fournissant l’électricité dont les Africains ont besoin pour améliorer leur propre vie et construire leur propres économies, mais aussi parce que d’autres investisseurs étrangers, bien qu’ils ne soient pas nécessairement favorisés dans de nombreux pays, en Afrique, n’imposent pas à l’Afrique le fardeau impossible d’ignorer sa principale source de revenus. La Chine est le principal pays qui envoie de tels investisseurs alternatifs en Afrique.

Je ne suis pas la première personne à remarquer que Pékin s’intéresse vivement à l’Afrique – à ses ressources, à ses emplacements stratégiques, à son potentiel de marché pour les produits chinois. Et je ne suis pas non plus la première personne à remarquer que cet intérêt a conduit plusieurs pays africains à accepter des prêts de la Chine, ce qui ne suit pas les pratiques des créanciers occidentaux d’imposer des exigences de transparence et de protection des droits de l’homme. Mais je veux ajouter ma voix à ceux qui ont souligné que les prêts chinois peuvent être un frein net pour l’Afrique, car ils font souvent peu pour soutenir les travailleurs locaux ou les entreprises locales et sont si difficiles à rembourser qu’ils laissent parfois les emprunteurs sans autre option que de renoncer au contrôle d’actifs importants.

Je tiens également à souligner que des milliards de dollars de crédits chinois ont afflué dans le secteur pétrolier et gazier africain – en particulier dans les cas où les sanctions et autres restrictions ont des opportunités limitées pour les investisseurs occidentaux. Les entreprises chinoises ont, par exemple, joué un rôle de premier plan dans le développement des champs pétrolifères au Tchad, au Soudan et au Soudan du Sud. Elles ont également pris pied dans des États producteurs clés où les sanctions ne sont pas à prendre en considération – comme au Nigéria, où une entreprise chinoise finance le gazoduc Ajaokuta-Kaduna-Kano (AKK).

En bref, la Chine cherche à jouer un rôle important dans le secteur pétrolier et gazier africain. De plus, elle indique clairement qu’elle est prête à investir dans les hydrocarbures même si les États-Unis et d’autres pays occidentaux ne le feront pas.

Certes, les pays africains ne vont pas tourner le dos aux investissements chinois de si tôt – et ils ne devraient pas le faire. Néanmoins, j’aimerais que les producteurs de pétrole et de gaz du continent aient autant d’options que possible. Comme je l’ai déjà dit, je suis préoccupé.

Et je pense que les États-Unis devraient également être concernés. En partie parce que la Chine ne joue pas toujours équitablement en ce qui concerne la politique commerciale et monétaire. En partie parce que la Chine ne partage pas nécessairement la position du gouvernement américain sur la transparence et la responsabilité.

L’administration Biden sera mieux placée si elle cherche des moyens d’aider les entreprises américaines à être compétitives dans les mêmes secteurs que la Chine cible en Afrique. Elle devrait donc réfléchir sérieusement aux projets impliquant des hydrocarbures. Elle devrait chercher des moyens de fournir un financement, une assurance contre les risques et d’autres formes de soutien aux initiatives pétrolières et gazières africaines, et elle devrait poursuivre des relations diplomatiques et commerciales plus étroites avec les États africains qui ne correspondent pas aux demandes de Pékin. Elle pourrait, par exemple, soutenir la décision du gouvernement intérimaire soudanais de ne pas renouveler le contrat de PetroChina pour le bloc 6 dans le bassin de Muglad à la fin de 2020.

La DFC américaine, parmi certaines autres agences, offre un grand potentiel pour les États-Unis et l’Afrique

La seule initiative clé prise par l’Administration sortante qui peut être la plus utile au développement d’une meilleure relation entre les États-Unis et l’Afrique dans les années à venir est la consolidation et la concentration des objectifs de développement des États-Unis grâce à la création de la US Development Finance Corporation. Le bilan considérablement augmenté et la charte proactive donnée à l’agence peuvent être utilisés pour améliorer considérablement les initiatives de développement en Afrique et favoriser des relations bilatérales plus solides entre les États-Unis et de nombreux pays africains. Cependant, comme on le sait généralement à Washington, le personnel est une politique : l’utilisation et le traitement de cette agence et de ses ressources par les nouvelles personnes nommées par l’administration de Biden contribueront grandement à définir la teneur et l’efficacité de la politique de Biden en Afrique.

L’administration Trump a eu raison lorsqu’elle a donné à la DFC – qui est décrite comme le fournisseur d’une « forme économiquement viable d’investissement mené par le secteur privé, offrant une alternative solide à l’investissement dirigé par l’État qui laisse souvent les pays aux prises avec la dette» – le tâche de promouvoir le commerce et les intérêts économiques des États-Unis face à la vive concurrence de la Chine.

De plus, je ne m’attends pas à ce que l’administration Biden mette de côté la DFC – du moins pas au départ, alors qu’elle se concentre si étroitement sur la pandémie et le changement climatique. Au lieu de cela, je m’attends à ce que l’équipe entrante laisse la société continuer sur sa lancée actuelle pour le moment.

Le problème est que la trajectoire de la DFC ne fait pas grand-chose pour le secteur pétrolier et gazier en Afrique. L’agence a apporté son soutien à plusieurs projets de production d’électricité à partir du gaz, comme l’initiative Central Termica de Temane (CTT) au Mozambique, mais elle a montré beaucoup plus d’intérêt pour les projets d’énergie renouvelable tels que les fermes solaires.

Ce déséquilibre ne semble pas être le produit d’un quelconque biais institutionnel contre les combustibles fossiles. Après tout, la DFC a accordé des fonds à un certain nombre de projets en amont et en aval au Moyen-Orient et en Amérique latine. Néanmoins, il y a un déséquilibre et les producteurs africains de pétrole et de gaz pourraient essayer de le corriger en demandant à cette agence gouvernementale américaine de l’aider à financer des initiatives de production, de transport, de traitement et de distribution de pétrole et de gaz.

S’ils réussissent, ils seront mieux placés pour chercher des alternatives aux créanciers chinois alors qu’ils s’efforcent de développer certaines de leurs ressources naturelles les plus précieuses. Et en cours de route, ils extrairont également davantage de carburants dont ils ont besoin pour produire plus d’électricité, soutenir les industries locales et augmenter leurs revenus.

(M. Kearney a collaboré à cet article avec NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie et PDG de Centurion Law Group)

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.