A Lomé, le programme Wuri fait objet d’échanges

Spread the love

Du 17 au 19 mai, une rencontre se tient entre pays bénéficiaires du programme Wuri. Elle est consacrée aux réflexions autour des bonnes pratiques en matière d’identification biométrique et d’accès aux aux services de base, tels que la protection sociale et médicale, la retraite ainsi que l’inclusion financière et numérique, l’autonomisation des femmes et des filles, et la mobilité des travailleurs.

Les participants s’inspireront des cas de la Côte d’Ivoire et de la Guinée et des résultats obtenus pour améliorer le dispositif. L’atelier sous-régional qui se fait à Lomé donne l’occasion à tous les représentants des pays de se retrouver. Du fait de la pandémie de Covid-19, les rencontres physiques n’ont pu être possibles jusque-là.

Silété Roselin Devo, Directeur Général de l’Agence Nationale d’Identification (ANID) a salué l’implication des différents pays pour la bonne tenue de cet atelier en particulier le partenaire qu’est la Banque mondiale. Il reste convaincu qu’avec l’apport de tous, ce vaste programme va changer la vie des personnes ne disposant pas de pièces d’identité.

Le programme WURI est financé à hauteur de 273 millions $, soit plus de 164 milliards FCFA par la Banque mondiale et devrait aider les États de la CEDEAO à mettre en place des systèmes d’identification de base qui incluent toute personne présente physiquement sur leurs territoires, indépendamment de sa nationalité, de sa citoyenneté ou de son statut juridique.

Dans la zone CEDEAO, près de 53 % de la population ne possède aucune preuve d’identité. Cette réalité rend difficile l’accès à de dives services sociaux.

Digiqole ad
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp