LEGISLATIVES 2018: L’UFC A RENDU PUBLIC SON PROJET DE SOCIETE.

 

L’Union des Forces de Changement (UFC), a rendu public son projet de société pour les élections législatives du 20 décembre 2018, au cours d’un point de presse, organisé le lundi 3 décembre à son siège à Lomé.

Cette rencontre a été animée par le conseiller du président national dudit parti, Isaac

Tchiakpé. Dans une déclaration intitulée « Ensemble, pour un Togo nouveau et un vivre ensemble en toute tolérance », M. Tchiakpé a affirmé que leur projet de société prend en compte la politique, l’économique et le social. Sur le plan politique, l’UFC soumettra au parlement des propositions limitant à deux tous les mandats électifs notamment présidentiel, législatif et municipal, une proposition pour amnistier les crimes politiques, économiques et les crimes de sang pour la période 1958-2018. Une proposition portant sur le statut et les avantages des anciens présidents de la République, Premiers ministres, Présidents d’institutions, directeurs de sociétés d’Etat, ministres, députés, officiers supérieurs de l’armée et chefs traditionnels encore en vie et ayant servi la nation sera aussi soumise.

Au plan économique, le parti mettra l’accent sur une économie créatrice de richesse et d’emplois. Il estime qu’il est nécessaire de reformer le secteur agricole et envisager son industrialisation. « Le secteur agricole sera la priorité des priorités dans le processus de développement au Togo, auquel s’ajoutent un approfondissement des mesures visant à améliorer le climat des affaires, une réforme du système fiscal et l’intensification des dépenses publiques pour stimuler la demande des ménages et des entreprises et favoriser la création d’emploi », a indiqué le conseiller Tchiakpé.

Pour l’UFC, le secteur agricole sera le moteur de la croissance économique et bénéficiera d’une enveloppe de 150 milliards sur la période 2018-2020 afin de réaliser les investissements qu’implique la réforme agricole. Avec son projet, l’UFC une fois majoritaire à l’assemblée nationale, envisage, entre autres de réduire le taux de chômage et de sous-emploi combinés à 20% dans les 5 premières années de gouvernance ; la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) avec une première baisse de 18% à 10% dans les 12 mois suivant son élection et une deuxième de 10% à 5% se fera une fois que l’alternance est réalisée en 2020.

Enfin sur le plan social, l’UFC envisage redistribuer équitablement la richesse nationale pour permettre aux couches sociales vulnérables de bénéficier de la croissance et de sortir de la pauvreté. Pour se faire l’UFC se propose de mettre en place une Agence nationale de solidarité sociale (ANSS) qui offrira une sécurité aux citoyens à faible revenu âgé de 25 à 60 ans sans emploi une aide mensuelle minimale de 25.000 FCFA ; une Agence nationale d’Assurance Emploi (ANAE) qui offrira un soutien pour une période de 6 à 9 mois au contribuable qui perd son emploi pour des raisons indépendantes de sa volonté. Il envisage une assurance maladie à l’ensemble des citoyens togolais, une prise en charge complète des soins de santé des enfants mineurs, de 0 à 18 ans.

Pour M. Tchiakpé, les temps ont changé, les mentalités doivent évoluer et chacun doit aspirer à une alternance pacifique, main dans la main afin de solder le passé parfois douloureux et d’écrire de nouvelles pages pour l’histoire du Togo, « l’or de l’humanité ». « Nous nous engageons dans ce processus électoral pour avoir une plus grande représentativité à l’Assemblée nationale afin d’être une force de proposition et de construction d’un Togo nouveau. Même si nous ne sont pas majoritaire, nous tâcheront d’influencer pour donner une orientation à ces mesures. Donc la réalisation de ce projet nous oblige car nous sommes les aînés de la chaîne politique togolaise.

Nous sommes prêts à gouverner, à réaliser une alternance pacifique, à réconcilier et développer le pays » a-t-il conclu.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*