LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO : UN ATELIER DE RENFORCEMENT DE CAPACITE.

 

Des représentants des secteurs public, privé et des Organisations de la Société Civile (OSC) du domaine de l’anti-corruption, renforcent du 6 au 8 novembre à Lomé, leurs capacités sur les instruments internationaux, régionaux, nationaux et sur les bonnes pratiques en matière de lutte contre la corruption.

Cette rencontre est à l’actif de la branche Togolaise de l’Alliance nationale des consommateurs et de l’environnement (ANCETogo), en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers. Elle vise la promotion de la bonne gouvernance économique et la lutte contre la corruption au Togo.

Il sera spécifiquement question, non seulement d’équiper les participants sur les instruments en question et les bonnes pratiques, mais aussi de les amener à échanger les expériences, les outils standardisés, techniques et les approches dans la lutte contre la corruption. Il s’agira également d’entretenir les OSCs sur les pratiques innovantes dans ce secteur et de renforcer les synergies, interactions et partenariats entre acteurs.

Les participants suivront des communications sur « les instruments internationaux, régionaux, nationaux et les bonnes pratiques en matière de lutte contre la corruption; le rôle des acteurs dans la lutte contre la corruption ; les OSCs et bonnes pratiques dans la lutte contre la corruption ; le renforcement de la synergie entre acteurs ».

Pour le directeur de cabinet du ministère de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République, Innocent Kossivi Egbétoyno, devant les conséquences dramatiques de ce phénomène, il est temps d’agir et de la manière la plus appropriée, car en pareille situation, l’action utile n’est certainement pas celle qui tendrait à l’imputation des responsabilités, mais bien celle qui

vise la recherche de solution aux problèmes, qui je pense devra venir de tous.

« La première arme, est la volonté de combattre le fléau, qui est manifeste au Togo, grâce aux différentes conventions auxquelles nous avons adhérées, dans le but de l’assainissement des dépenses publiques et le renforcement du cadre juridique et institutionnel de lutte contre la corruption », a-t-il précisé.

Le directeur exécutif de l’ANCE-Togo, Dr. Fabrice Kodjo Ebeh, a indiqué que durant cet atelier, l’accent sera mis sur la maximisation des échanges d’expériences et sur le partage des connaissances techniques et des conseils pratiques, afin que tous les participants aient une même compréhension des concepts de base et une vision partagée de la situation et des défis locaux et nationaux. « Ils doivent aussi disposés à l’issue de cette rencontre, des outils de plaidoyer pour une planification intégrée de lutte contre la corruption, en vue de combattre efficacement ce fléau », a-t’il ajouté. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des représentants des partenaires financiers (PNUD et UE) et techniques tels que la Transparency International (TI) ; le bureau régional ONUDC Dakar ; la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et infractions assimilées (HAPLUCIA).

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*