AGOU/ PROTECTION DE L’ENFANCE : LES LEADERS COMMUNAUTAIRES RENFORCENT LEURS CAPACITES.

 

 

 

Gadzépé,  L’Association Petite Sœur À Sœur a initié une journée de réflexion avec les leaders communautaires de la préfecture d’Agou le vendredi 27 juillet à Agou- Gadzépé dans le cadre de son projet « Renforcement des capacités des jeunes vulnérables des localités ciblées au Togo ».

Cofinancée par Action Medeor et la Coopération allemande, cette journée est placée sous le thème : « Rôles et responsabilités des autorités locales et traditionnelles dans la protection des enfants et des jeunes filles ». Elle a pour objectif d’identifier avec les leaders communautaires de la préfecture, les besoins des enfants et de proposer des approches de solutions constituant un mécanisme communautaire de protection des enfants et des jeunes filles de la localité à travers la prévention des IST/VIH/SIDA, la connaissance des droits, l’accès à la justice et la réhabilitation de leur personne.

La directrice exécutive de l’association, Madame Marie Ama Yawo-Akokotse a indiqué que chaque jour dans nos communautés, les enfants font l’objet d’abus, de maltraitance, de violences physiques, psychologiques et sexuelles, en famille, à l’école ou dans les centres de formation, les mettant ainsi dans une situation vulnérable. Selon elle, les conséquences qui en découlent sont multiples et vont de la déscolarisation, aux troubles psychologiques et aux traumatismes graves en passant par les grossesses non désirées ou précoces et les infections sexuellement transmissibles dont le VIH/SIDA.

Madame Yawo-Akokotse a ajouté que face à cette situation, le gouvernement et les organisations de la société civile ont entrepris des actions aussi bien pour la prévention que pour la prise en charge et l’accompagnement des victimes. Elle n’a pas manqué de souligné qu’aux nombre des actions, il y a entre autres, la loi du 6 juillet 2007 portant code de l’enfant, la déclaration de Notsè et son engagement additionnel. Madame Yawo-Akokotse a aussi indiqué que malgré ces efforts, des violences et des abus persistent, d’où la nécessité de la tenue de l’atelier pour renforcer la lutte.

Le secrétaire préfectoral de la préfecture d’Agou, Ali Mouzou, représentant le préfet, a remercié l’Association Petite sœur A sœur pour l’initiative et invité les participants à jouer leur partition pour la réussite du projet en vue de bien préparer la relève de demain.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*