LE CJD ET SES PARTENAIRES SE PRONONCENT SUR LA SITUATION SOCIOPOLITIQUE ET ECONOMIQUE ACTUELLE DU TOGO

 

 

Le Collectif des jeunes pour le développement (CJD) et ses partenaires réunis au sein du Collectif des organisations de la société civile pour une diplomatie non gouvernementale, ont organisé le samedi 26 mai à Lomé une conférence de presse sur la situation sociopolitique et économique actuelle du Togo. Placée sous le thème « Paix et stabilité retrouvées: De la nécessité de soutenir la voie électorale proposée par la communauté internationale », cette rencontre avec les professionnels des médias a permis aux responsables du CJD de saluer le calme retrouvé et d’inviter l’ensemble de la classe politique à privilégier la voie électorale pour une sortie de crise définitive et paisible. Il est aussi question pour le CJD et ses partenaires d’échanger avec les journalistes sur la situation sociopolitique et économique actuelle au Togo.

Dans une déclaration liminaire, présentée par le coordonnateur du CJD, Adom Orphé, le collectif a dressé un bilan sur la situation socio-économique qui prévaut actuellement au Togo et s’est réjoui de la paix et de la stabilité qui y règnent. « Depuis quelques jours, les Togolais vaquent librement à leurs occupations. Plus de panique, la psychose est dissipée, les activités économiques reprennent, les boutiques ouvrent normalement », a déclaré Orphé Adom.

Selon lui, le pays a retrouvé la sérénité qui permet aujourd’hui aux investisseurs étrangers de faire à nouveau confiance au Togo après 9 mois de troubles marqués par des manifestations violentes, entrainant le départ de plusieurs investisseurs et partenaires étrangers et des conséquences désastreuses sur l’économie du pays.

« Le Togo a frôlé la catastrophe, avec des morts, des blessés, des arrestations et des destructions des édifices publics. Le chaos dont rêvait les ennemis du Togo est évité, la confiance renait, les investisseurs tournent à nouveau leur regard vers le Togo », a rassuré M. Adom.

Parlant de la résolution définitive de la crise togolaise, l’orateur a approuvé l’idée du groupe des cinq (G5) à savoir le Système des Nations Unies, l’Union Européenne, les Etats Unis, l’Allemagne et la France, qui préconisent les élections pour une sortie de crise. Ainsi demandent-ils aux autorités togolaises d’accélérer les processus électoraux pour que, « le referendum, les législatives, et les locales puissent se tenir dans le respect des délais légaux ».

Le président du Forum de la diaspora africaine au Togo, Dabur Amos Mzahan, partenaire du CJD a salué les démarches entreprises par les autorités togolaises pour que la paix et la stabilité règnent au Togo.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*