LA CRISE SOCIOPOLITIQUE IMPACTE NEGATIVEMENT L’ACTIVITE DES ENTREPRISES SELON MONSIEUR Germain MEBA PRESIDENT DE LA CCIT

 

 

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) a restitué les résultats de son enquête sur l’impact de la crise sociopolitique au Togo sur l’activité des entreprises aux journalistes, au cours d’une conférence de presse le jeudi 12 avril à Lomé.

Cette enquête avait été lancée par la CCIT qui attentive au climat dans lequel s’exerce l’activité économique avait jugé opportun d’interroger les entreprises sur le terrain. L’objectif de cette action était de prendre la mesure de la situation et d’en évaluer les enjeux économiques réels, ceci dans le but de proposer des pistes de solution aux divers acteurs de la vie socio-économique.

 

La conférence de presse a été animée par le président de la CCIT, Germain Mèba et le vice président du Conseil National du Patronat (CNP), Jean Wozufia.

Selon M. Mèba, 912 entreprises dont plus de 38, 16%, (soit 348) exerçant leurs activités dans les régions et pour la plupart ayant plus de 5 ans d’ancienneté et employant au moins 10 salariés, ont contribué à ce travail en renseignant leur questionnaire. Quant aux grandes entreprises ayant participé à l’enquête, elles emploient chacune plus de 250 salariés, a-t-il précisé.

 

D’après le président de la CCIT, les résultats de l’enquête révèlent que 71,93% des entreprises déclarent une baisse de leurs chiffres d’affaires au deuxième trimestre 2017, soit après le début de la crise, tandis qu’une écrasante majorité (soit plus de 82,77%) considèrent que leurs difficultés actuelles sont dues à cette crise, avec pour la plupart une baisse du chiffre d’affaire comprise entre 25 et 50%. Quant aux entreprises ayant actuellement une mauvaise situation financière, leur taux s’élève à74, 34%.

Pour M. Mèba, cette situation inquiétante doit interpeller les différents acteurs politiques de la majorité et de l’opposition pour trouver une issue à cette crise. « Personne ne peut gouverner un pays dont l’économie est à terre », a-t-il ajouté. Selon lui, les parties prenantes doivent revoir leurs positions afin de travailler en symbiose pour revenir à la normalité dans l’intérêt du pays, car a-t-il, le secteur privé est le moteur de la croissance et s’il se trouve en difficulté, le pays ne peut pas se développer.

« Les résultats de cette enquête et les recommandations seront envoyés au gouvernement et aux acteurs politiques », a conclu le président de la CCIT.

Abondant dans le même sens, M. Wozufia a invité les différents protagonistes à privilégier l’intérêt supérieur de la nation pour une sortie de crise. « Les conditions de vie des Togolais ne cessent de se dégrader au jour le jour », a-t-il ajouté.

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*