LE FORUM PRESIDENTIEL DE LA JEUNESSE A ÉTÉ LANCE CE JEUDI A LOME.

 

 

 Le Forum Présidentiel de la Jeunesse (FPJ) a été lancé le jeudi 8 mars à Lomé, par le Comité d’organisation au cours d’une conférence de presse qui a permis d’éclairer les journalistes sur l’organisation de cette assise dont les étapes régionales démarrent ce vendredi.

Selon le président du comité d’organisation, Pr Dodzi Kokoroko, le FPJ annoncé par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, lors de son adresse à la nation le 3 janvier dernier est une manifestation de la volonté de ce dernier de mettre en place une plateforme d’échanges avec les jeunes sur leurs préoccupations. Il s’inscrit, dit-il, dans le prolongement du forum national de la jeunesse de 2011 et des fora régionaux de la jeunesse organisés en 2013,2014 et 2016.

A l’en croire, ce Forum se justifie par la nécessité de renforcer le dialogue avec cette couche vitale de la société, l’urgence de définir des stratégies pertinentes nouvelles pour tirer le meilleur profit du potentiel que constitue la jeunesse. Il s’explique également par la nécessité de définir des mesures de lutte contre le chômage et le sous-emploi (28,6%) dans les rangs de la jeunesse et de préserver cette dernière face à la montée de l’extrémisme et à l’action des mouvements terroristes et criminels.

Sur l’assise proprement dite, Il ressort de son intervention que le FPJ se veut un espace d’échanges sur toutes les dimensions de la politique nationale de la jeunesse au Togo. Il s’agira spécifiquement d’analyser les préoccupations et les problèmes structurels auxquels font face les jeunes, d’examiner avec l’ensemble des acteurs y compris les jeunes eux-mêmes, les réponses apportées aux préoccupations liées à l’inclusion et au bien-être des jeunes. Ce Forum entend également capitaliser les expériences et tirer les leçons des mécanismes et stratégies de promotion de l’emploi des jeunes et d’implication de la jeunesse dans la vie publique. Il permettra aussi de faire des propositions à soumettre au chef de l’Etat pour être prise en compte dans le cadre de la formulation d’une nouvelle politique d’inclusion et de bien-être de la jeunesse au Togo. Cette assise ambitionne en outre d’approfondir la réflexion sur des types de réponses à apporter aux préoccupations et aspirations des jeunes en tenant compte des enjeux liés à la pression démographique, à la sécurité, l’environnement sous-régional et international, l’impact des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Prévu pour la première quinzaine du mois d’avril, le FPJ sera précédé d’ateliers régionaux (9 au 22 mars) préparatoires qui permettront de recueillir les contributions des acteurs locaux. Ils se tiendront dans les chefs-lieux de région pendant deux jours et seront constitués de débats, autour de différentes thématiques.

Cette phase sera suivie à Lomé des échanges entre les jeunes issus de chaque préfecture ou région du pays et les plus hautes autorités du pays (chef de l’Etat, ministres et partenaires au développement). Sont concernés par ce Forum, les étudiants, les agents des forces de l’ordre, les lycéens, les zémidjan, les jeunes volontaires, les chômeurs, les sans emploi, les jeunes handicapés, les jeunes déscolarisés, les jeunes agriculteurs, les jeunes du secteur informel, les artisans, les sportifs, les ouvriers, les commerçants, les artistes, les jeunes entrepreneurs, etc.

Le comité d’organisation, déjà mis en place, est composé de jeunes femmes et hommes de tous secteurs et tous profils, afin de faire de ce forum, un évènement organisé par les jeunes et pour les jeunes.

Un site web www.fpj.tg est d’ores et déjà opérationnel pour recenser les contributions des jeunes.

Pour le président Kokoroko, cette rencontre qui rassemblera à l’apothéose 3000 jeunes âgés de 18 à 35 ans à Lomé, est une opportunité offerte à ceux-ci de prendre leur destinée en main en donnant leur appréciation sur la politique jusqu’ici menée en leur faveur et en exprimant  concrètement au chef de l’Etat leurs besoins et comment ils estiment que leurs préoccupations peuvent mieux être prises en compte.

  1. Kokoroko étaient entouré au cours de cette conférence de presse de la directrice du FAIEJ, Madame Sahouda Gbadamassi et du directeur de la Jeunesse, Joseph Anala qui ont eux aussi édifié davantage les hommes des médias sur la tenue de cette rencontre.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*