ANIE/ LUTTE CONTRE LES GROSSESSES PRECOCES DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES DE LA PREFECTURE

 Dans le cadre de la mise en œuvre des projets et programmes de la Croix-Rouge Togolaise coordination régionale des plateaux, la Croix rouge de la Zone Anié a organisé le mardi 16  février, une rencontre d’information, d’échange et de plaidoyer sur les grossesses précoces dans les établissements scolaires de la préfecture.

Cette rencontre, placée sous le thème « Plaidoyer contre les grossesses précoces dans les Etablissements  scolaires »  a  pour  objectif de  recueillir  les  contributions  des  acteurs  de développement et des leaders d’opinion pour la  diminution des grossesses qui  constituent un obstacle pour l’avenir de la jeunesse. Elle a permis aux participants de discuter des problèmes auxquels sont confrontés les jeunes dans la préfecture.

Développement le thème, le coordinateur de zone Anié, de la Croix-Rouge, Idrissou Latifou a insisté sur le travail en synergie entre les partenaires des services publics et les ONGs pour une action de négociation portée sur un intérêt commun et qui demande un changement dans la gestion des affaires de la communauté. Outre ce plaidoyer, ces leaders ont aussi retenu la sensibilisation et le recensement des causes réelles des grossesses dans les établissements scolaires.

Selon les statiques, la  région des Plateaux a  enregistré entre  2014-2015, 1975 cas  de grossesses en milieu scolaire, suivie de la région de la Kara avec 1004 cas. La région Centrale vient en 3e position avec 994 cas. Dans le primaire, 230 cas ont été recensés à Sokodé.

Monsieur  Idrissou a fait savoir que la plupart de ces grossesses surviennent pendant la période des fêtes de fin d’année et de saint Valentin (près de 50%). Pour ce début d’année 2016, 26 cas ont été déjà enregistrés dans la commune d’Anié.

Le secrétaire général de la préfecture de l’Anié, Adekédéou N’Zonou a saisi cette occasion pour saluer cette initiative de la Croix-Rouge Zone Anié qui va  aboutir à un  plaidoyer sur les grossesses précoces dans les établissements scolaires de la préfecture. Il a ensuite, demandé aux participants de vulgariser les informations reçues dès leur retour dans leurs localités respectives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*