En Tchéquie aussi, les ventes de vélos explosent avec la crise sanitaire

Spread the love

Les ventes de vélos ont doublé ces derniers mois, en lien avec la crise sanitaire, et c’est la pénurie dans les magasins et les entrepôts, selon des représentants de distributeurs et producteurs de cycles. Si une amélioration de la situation est envisageable à la rentrée, il faut s’armer de patience pour obtenir l’objet de son désir à deux roues, avec des commandes qui peuvent parfois demander plusieurs mois d’attente.

Plusieurs raisons expliquent cet hausse des ventes de la petite reine en Tchéquie, selon le manager de Progress Style, un distributeur de cycles pour la Tchéquie et la Slovaquie qui confirme l’enthousiasme général : la perspective de ne pas pouvoir partir en vacances hors des frontières du pays, en raison de leur fermeture jusqu’à encore très récemment, qui a incité les Tchèques à investir en vue de vacances sportives dans le pays.

D’autres ont choisi de se rendre au travail à vélo, une alternative « plus sûre » que les transports en commun considérés comme un lieu propice à la propagation du coronavirus. Enfin, la fermeture des centres sportifs et des piscines, qui a incité les gens à choisir le vélo comme moyen alternatif de faire du sport.

La situation autour des ventes de vélo reste compliquée puisque la crise était impossible à prévoir, et la fabrication de nouveaux vélos, afin de palier à leur pénurie, demande un certain temps. « C’est un problème mondial, » concède le manager de Progress Style. « D’ici le mois d’octobre, tout le monde pourrait avoir son vélo. Mais difficile de prévoir l’évolution après. Nous ne savons pas si cet engouement va perdurer, ou si la crise économique va nous frapper, » relève-t-il.

Pour le directeur commercial de la société Kross, la situation cette année est « totalement anormale ». La fermeture des magasins à la mi-mars a constitué une charge supplémentaire pour les enseignes qui se préparaient à la nouvelle saison. Et les producteurs ont été touchés bien avant le début du confinement effectif dans le pays puisque dès le tournant des mois de janvier/février, le ralentissement de la production en Asie et du transport de pièces détachées en Europe ont touché le secteur.

Le gouvernement tchèque s’est engouffré dans la brèche, en approuvant lundi dernier une contribution à hauteur de 2 milliards de couronnes pour le développement de pistes cyclables, grâce à l’aide européenne destinée à palier aux conséquences économiques de la crise sanitaire.

Share This Story !