Angélus : «la vraie sagesse vient du cœur»

Lors de la prière de l’Angélus du dimanche 5 juillet, le Saint-Père a livré une réflexion en trois parties sur l’évangile du jour tirée du chapitre 11 de Matthieu : tout d’abord, Jésus élève un hymne de bénédiction et d’action de grâce au Père, puis il révèle le rapport entre Lui et le Père et enfin invite à le suivre pour trouver le réconfort.

«Je suis doux et humble de cœur»: pour le 14eme dimanche du Temps ordinaire, le Saint-Père a commenté l’évangile du jour tirée du chapitre 11 de Matthieu. 

En premier lieu, a expliqué le Pape, «Jésus loue le Père, parce qu’il a gardé cachés les secrets de son Royaume “aux sages et aux savants” (v. 25). Il les appelle ainsi avec une pointe d’ironie, parce qu’ils pensent l’être et que leur coeur est donc fermé. Jésus dit que les mystères de son Père sont révélés aux “tout petits”, c’est-à-dire à ceux qui s’ouvrent avec confiance à sa Parole de salut, ressentent le besoin de Lui et attendent tout de Lui.»

Ensuite, a continué le Saint-Père, Jésus a expliqué qu’il a tout reçu du Père : «Il l’appelle “mon Père”, pour affirmer l’unicité de son rapport avec Lui. En effet, ce n’est qu’entre le Fils et le Père qu’il y a une totale réciprocité: l’un connaît l’autre, l’un vit dans l’autre». 

La vraie sagesse vient du coeur

Comme le Père qui a une préférence pour les «tout petits», Jésus s’adresse à ceux «peinent et sont opprimés», a continué François, «Il se place d’ailleurs lui-même parmi eux, parce qu’Il est “doux et humble de coeur”» (v. 29). «La vraie sagesse vient du coeur», a-t-il estimé, «ceux qui s’ouvrent avec confiance à sa Parole de salut, ressentent le besoin de Lui et attendent tout de Lui».

«Doux et humble», Jésus est «l’Homme qui vit “de tout coeur” cette condition en pleine transparence dans l’amour du Père, c’est à dire dans l’Esprit Saint». Jésus est ainsi «le modèle des « pauvres en esprit » et de tous les autres “bienheureux” de l’Evangile, qui accomplissent la volonté de Dieu et témoignent de son Royaume.»

Enfin, a conclu le Souverain Pontife, le «réconfort» que le Christ offre n’est pas «seulement un soulagement psychologique ou une aumône élargie, mais la joie des pauvres d’être évangélisés et d’être des constructeurs de la nouvelle humanité», «La joie que nous donne Jésus est unique». 

C’est alors un message pour tous les hommes et les femmes de bonne volonté que Jésus adresse aujourd’hui, un message «à un monde qui exalte ceux qui deviennent riches et puissants, peu importe par quels moyens, et bafouent parfois la personne humaine et sa dignité». Ce message est également pour l’Eglise, «appelée à vivre les oeuvres de miséricorde et à évangéliser les pauvres», «le Seigneur veut que nous soyons ainsi».