Hernie inguinale : traitement, opération, symptômes, causes, qu’est-ce que c’est ?

L’hernie inguinale est la hernie la plus fréquente. Elle se développe en bas de l’abdomen et peut apparaître à la naissance comme à l’âge adulte. Mais comment la reconnaître ? Le point sur cette pathologie.

Une hernie inguinale est une grosseur sous la peau de l’aine, entre l’abdomen et la cuisse. Elle survient lorsque l‘intestin sort de son emplacement par un orifice abdominal. Il peut s’agir du trou dans la paroi abdominale laissant passer les vaisseaux et ligaments, appelé orifice profond du ligament inguinal, Il est notamment entouré de muscles de la paroi abdominale.

Or, il arrive que ces muscles se relâchent et augmentent le diamètre de l’orifice, ce qui va permettre à des organes digestifs de s’y engouffrer. Une masse peut alors être visible à l’aine. Cependant, la hernie inguinale peut provenir aussi d’un orifice apparu accidentellement, comme une rupture du péritoine (paroi de l’abdomen) à la suite d’efforts répétés, par exemple.

La hernie inguinale est la hernie la plus fréquente. Un seul côté du corps est généralement concerné, mais il existe aussi des hernies inguinales bilatérales. Enfin, les enfants peuvent être touchés par cette anomalie, on parle alors de hernie inguinale congénitale.

Quels sont les symptômes d’une hernie inguinale ?

La hernie est souvent asymptomatique. Elle peut cependant évoluer, et se manifester par :

  • Un gonflement au niveau de l’aine ;
  • Des douleurs lorsque la personne se penche, porte un objet lourd, pousse, ou tousse ;
  • Une sensation de brûlure.

En cas d’étranglement de l’intestin, les douleurs deviennent importantes : la personne ressent des nausées, souffre de vomissements et ne produit pas de selles (constipation). Il s’agit alors d’une urgence médicale, qui nécessite de se rendre au plus vite à l’hôpital.

Quelles en sont les causes et raisons ?

La hernie inguinale congénitale peut être présente chez l’enfant dès la naissance, notamment chez les petits garçons. En effet, il arrive que leur canal péritonéo-vaginal — permettant la migration des testicules de l’abdomen vers les bourses pendant la croissance du fœtus — reste ouvert au lieu de se refermer avant l’accouchement. Une portion d’intestin peut alors s’y introduire, et créer une hernie.

À l’âge adulte, la hernie inguinale peut être causée par des efforts répétés, le port de charges, l’obésité, la toux chronique ou encore la constipation.

Comment se traite-t-elle ?

Les hernies dites « réductibles » ne nécessitent qu’une simple manipulation, puis une surveillance. En ce qui concerne les autres hernies, l’opération chirurgicale est la seule option.

Concernant les interventions, il en existe plusieurs types. Dans un premier temps, la chirurgie dite « à ciel ouvert », où le chirurgien ouvre l’abdomen dans l’axe de la hernie, puis retire le sac herniaire après l’avoir isolé et reconstruit la paroi avec des éléments musculaires et fibreux.

L’opération peut aussi se faire par laparoscopie ou cœlioscopie. Ces techniques, aujourd’hui plus fréquentes, présentent plusieurs avantages : le patient récupère mieux, a moins de douleurs et n’a qu’une petite cicatrice. La durée d’hospitalisation est aussi moins longue. Néanmoins, elles nécessitent une anesthésie générale.

Le choix de la technique se fait en fonction de la taille de la hernie, de sa localisation, mais aussi en fonction de l’état et des préférences du patient. Après opération, les risques de récidive sont inférieures à 5 %, selon le docteur Jérôme Loria interrogé par Allodocteurs.

www.maxisciences.com