OTI/ DES RAPPORTS PROVISOIRES DES ETUDES « APD » DE LA ZONE 4 DU PROJET PATA-OTI VALIDES A MANGO

 Des rapports provisoires des études d’Avant-projets détaillés (APD) de la Zone 4 du Projet d’Aménagement de la Terre Agricole de l’Oti (PATA-Oti) ont été validés par les acteurs, réunis en atelier, les 19 et 20 mars à Mango.

Cet atelier a été organisé par le Comité de pilotage du Projet de Développement Rural de la Plaine de l’Oti Zone 4 (PDRO 4) et le ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique. Il a reçu l’appui technique et financier de la Banque Arabe pour le Développement Economique de l’Afrique (BADEA) , du Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID), de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et de l’Etat togolais.

Cette rencontre a regroupé des autorités administratives locales, des responsables des services déconcentrés de l’Etat impliqués dans ce projet, des garants des us et coutumes ainsi que des cadres et propriétaires terriens des cantons de Mango, Sadori et Faré. Elle a permis l’établissement des prescriptions techniques pour la réalisation des ouvrages et infrastructures socio-économiques dans le but de consolider la sécurité alimentaire, d’améliorer les revenus des agriculteurs et de sortir la population de la pauvreté.

Les travaux ont été marqués par la présentation des sept rapports provisoires d’études aux participants pour des observations. Il s’agit, entre autres, des rapports d’études techniques d’aménagement hydro-agricoles, d’infrastructures sociales, socio-juridiques et financières, d’élevage et pisciculture et de l’énergie solaire. A terme, il est prévu le lancement des appels d’offres pour la sélection des entreprises devant exécuter les travaux.

Déjà la veille, une table ronde sur le foncier de l’ex-OPAT situé à Kokombo avait regroupé les acteurs concernés. Elle a permis d’établir avec précision et après consensus la rétrocession des terres de ce site au profit de PDRO 4. Il s’est agi, entre autres, de mieux appréhender avec exactitude le statut exact des terres actuelles du périmètre de l’ex-OPAT et de définir les modalités de leur rétrocession.

Le préfet de l’Oti, Lt-col Ouadja Gbandi Jacques a fait remarquer que le gouvernement sous l’impulsion du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé s’est engagé à faire de l’agriculture la locomotive de la relance économique du pays à travers le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN). Ce programme, a précisé le représentant du pouvoir central, contribue efficacement à la réalisation des objectifs de l’axe 2 du Plan National de Développement (PND). Aussi, a-t-il, convié les chefs cantons et villages à sensibiliser les populations sur les impacts positifs des différents projets à réaliser dans leurs localités et à jouer leur partition pour leur réussite.

De son côté, le chef de mission du groupement Deco/Ageim/Saleh et Hegab, Adjafo

Komi a fait noter que le projet PATA-Oti couvre six préfectures dont cinq de la région des Savanes et une de la Kara. Il a précisé que le projet qui sera exécuté dans la zone 4 pour une durée de quatre ans concerne 14 localités et villages de l’Oti qui comptent une population de 10.000 habitants. A en croire M. Adjafo, plus de 3000 ha de terres seront valorisés dans les cantons de Faré et Sadori et dans les villages de Nakpiekou et Djagori pour le bonheur des populations. Pour sa part, le directeur des politiques de planification et de suivi-évaluation au ministère en charge de l’Agriculture, Alassani Harledja a fait savoir que cet atelier fait suite à  une étude de faisabilité réalisée à Lomé pour une meilleure gestion du PDRO4 en tenant compte des observations de tous les acteurs. Il s’est réjoui de l’engagement des populations riveraines à collaborer avec les experts pour le succès de ce projet. « Eu égard aux différents échanges, nous avons bonne foi que les contributions des populations nous permettront d’améliorer les études en tenant compte de nos expériences et des besoins et préoccupations des bénéficiaires des différents projets », a conclu M. Alassani.

TT/MEK