EFFONDREMENT D’UN IMMEUBLE A LOME: UNE DELEGATION MINISTERIELLE S’EST RENDUE SUR LES LIEUX DU DRAME

Un bâtiment de plus de trois niveaux en construction s’est effondré, le lundi 13 janvier, autour de 17 heures à sito aéroport, derrière l’institut Defitech. Le drame a fait 4 blessés dont trois filles et un garçon et a occasionné de lourds dégâts dans les entourages notamment la destruction de 4 maisons.

Une délégation ministérielle s’est rendue sur les lieux du drame le jeudi 16 janvier pour constater de visu les dégâts, échanger avec le représentant du propriétaire de l’immeuble et les maçons et apporter sa compassion aux blessés et aux voisins dont les maisons ont été détruites. Cette délégation était composée du Général Yark Damehane de la Sécurité et de la Protection Civile, Mme Tchabinandi Kolani Yentcharé de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation et Mme Koko Ayeva de la Ville, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Salubrité publique. Elle s’est faite accompagnée d’une équipe d’architectes.

Ces architectes, après expertise, ont conclu que l’effondrement de l’immeuble est dû au non respect des normes de construction. Selon eux, le matériel utilisé n’est pas approprié et les maçons n’ont pas respecté le dosage du ciment.

Le bâtiment en question est une clinique en construction depuis au moins quatre ans. Il a déjà subi un effondrement avec moins de dégâts.

D’après la ministre de la Ville, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Salubrité publique : « le constat est claire car le milieu est une zone inondable souvent regorgée d’eau et dans de pareilles situation, il faut avoir recours aux spécialistes pour la construction dans cette zone. Quand on veut construire un immeuble comme celui-ci on doit recevoir officiellement et régulièrement un permis de construire. Cela permettra de respecter les normes afin d’éviter des dégâts et des pertes en vie humaines. On a pas eu d’interlocuteur pour savoir si le propriétaire a eu le permis de construire avant de démarrer les travaux. Mais les matériaux utilisés seraient de mauvaises qualités ».

Mme Koko Ayéva a enfin présenté la compassion du gouvernement aux victimes du drame. Elle a invité la population à se procurer le permis de construire avant le démarrage des travaux de construction.