CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 90

Comment vivre 100 ans ? La science a la réponse.

Vous voulez vivre le plus longtemps possible et en bonne santé ? Des chercheurs écossais ont quelques conseils pour vous…

Comment vivre centenaire ? Quelles sont les bonnes habitudes à prendre pour vieillir en bonne santé et disparaître le plus tard possible ? Voici la question (ambitieuse) que se sont posés des chercheurs de la University of Edinburgh (en Écosse) : en étudiant les conclusions de 25 études menées en Australie, en Europe et en Amérique du Nord sur plus de 606 000 volontaires, ils ont réussi à isoler certains comportements bénéfiques pour l’espérance de vie. Tour d’horizon.

Faire 30 minutes d’activité sportive par jour

Quelques promenades de dix minutes suffisent si vous n’êtes pas un grand sportif.

Dormir 7 à 8 heures par nuit

Le manque de sommeil chez un adulte ou un enfant augmente le risque de maladies cardiaques, de cancer et de diverses pathologies.

Manger des fruits et des légumes

Une alimentation saine, composée de cinq fruits ou légumes par jour est essentielle pour rester en bonne santé.

Ne pas fumer

Sans surprise, pour vivre longtemps et en bonne santé, la cigarette est à proscrire absolument : fumer un paquet par jour (soit environ 20 cigarettes) diminuerait l’espérance de vie de 7 ans en moyenne. Une bonne nouvelle quand même pour les fumeurs : dire « adieu » au tabac permettrait de regagner progressivement les années perdues…

Contrôler son poids et éviter les excès

Les maladies chroniques (diabète, cholestérol, troubles cardiovasculaires, surpoids…) diminueraient drastiquement l’espérance de vie. De plus, chaque point d’IMC supérieur à la normale (au-dessus de 25, donc) amputerait l’espérance de vie de 7 mois environ. De l’autre côté de la balance, une perte de poids d’un kilo suffirait pour gagner 2 mois de vie – et c’est bien entendu cumulable.

Favoriser les études post-bac (quand c’est possible)

L’éducation jouerait également un rôle : en effet, d’après les chercheurs écossais, chaque année d’étude supérieure (après le baccalauréat) permettrait de gagner 11 mois d’espérance de vie.

Sans oublier certains facteurs génétiques

Ainsi, les scientifiques sont parvenus à isoler deux gènes ayant une influence sur l’espérance de vie. Le premier, lié au taux de cholestérol dans le sang, ôterait automatiquement 8 mois de vie, tandis que le second, lié au bon fonctionnement du système immunitaire, permettrait de vivre 6 mois supplémentaires.

Pour rappel, d’après la dernière étude de l’Insee, 594 000 personnes sont décédées en France en 2016… dont 21 000 centenaires.