SIGNATURE D’UN COMPACT POUR LE FINANCEMENT DU PNDS 2017-2022.

Le gouvernement  et  les  Partenaires  techniques  et financiers (PTF) du secteur de la santé ont signé le Compact de soutien à la mise en œuvre du Plan  national  de  développement  sanitaire (PNDS)  2017-2022,  ce  mardi  10  décembre  à Lomé.

Cet  accord  de  financement  vise  à mobiliser des ressources pour financer le PNDS et relancer le débat autour des soins primaires.

Il s’agit aussi de renforcer le système de soins dans  la  perspective  de  la  marche  vers  la couverture sanitaire universelle.

La ministre Kolani-Yentcharé signant le document L’accord a été paraphé du côté du gouvernement par la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Tchabinandi Kolani-Yentcharé, représentant son collègue en charge  de la Santé et la ministre de la Planification du développement et de la Coopération, Mme Demba Tignokpa. Du côté des PTF, c’était la représentante résidente de l’OMS au Togo,  chef de file des PTF du secteur de la santé, Dr  Fatoumata  Binta qui avait posé sa signature.

Le  présent  Compact  est  un  accord  de  partenariat  conclu  entre  le  gouvernement  et  les partenaires du secteur de la santé qui en sont signataires pour soutenir la mise en œuvre du PNDS.

L’enveloppe financière pour sa mise en œuvre, estimée à plus de 674 milliards de FCFA va servir à établir un cadre unique et harmonisé pour une aide accrue, efficace et plus prévisible dans le secteur de la santé. Il est question d’accélérer l’atteinte des objectifs du PNDS inscrits dans l’axe 3 du Plan national de développement (PND) 2018-2022.

A travers la signature de cet accord, tous les  signataires  s’engagent  à  collaborer  plus efficacement  pour  améliorer  l’accès  des populations  aux  soins  et  services  de  santé ; collaborer et s’informer en temps opportun sur toutes les questions concernant la mise en œuvre du  PNDS  et  du  présent  compact et  créer  les conditions tendant vers une harmonisation des procédures entrant dans la mise en œuvre de la Déclaration de Paris et du Plan d’action d’Accra.

Cet engagement sera effectif par l’utilisation du système  existant  pour  la  planification,   la coordination et la gestion du secteur de la santé dans le cadre global du développement national  Les officiels et participants ont posé pour une photo de famille pour  atteindre  les  résultats  du  PNDS.  La  coordination  est  assurée  par  un  comité  national  de coordination du secteur de la santé intégrant l’ensemble des acteurs actifs du secteur.

Les signataires ont aussi pour responsabilité de partager tous les enseignements concernant l’apport d’aide, les rapports techniques, financiers et toutes autres documentations pertinentes se rapportant à la mise en œuvre du PNDS. Ils doivent aussi impliquer la société civile et le secteur privé dans toutes les interventions, rendre compte des résultats du compact et réaliser des missions de contrôles et d’audits (internes et externes) à un rythme régulier.

Pour  Madame  Tchabinandi  Kolani-Yentcharé,  le  gouvernement  va  saisir  expressément l’opportunité qu’offre le présent compact pour relancer le débat autour des soins  primaires et

renforcer  le  système  de  soins  dans  la  perspective  de  la  marche  vers  la  couverture  sanitaire universelle. « Le gouvernement a mobilisé 56,82 milliards de FCFA sur 42,909 milliards prévus en

2017 et 58,05 milliards de FCFA sur 47,799 milliards de FCFA prévus en 2018. Le gouvernement continuera ses efforts et s’engage les années qui viennent à porter le budget général de l’Etat alloué au ministère de la santé de 5,58% en 2018 à 9,58% en 2022 (soit un point chaque année).

Avec l’accompagnement très productif des PTF, nous évoluerons tous ensemble vers l’atteinte des résultats prévus dans le PNDS », a-t-elle relevé.

La représentante résidente de l’OMS au Togo, chef de file des PTF du secteur de la santé, Dr

Fatoumata  Binta a convié tous les partenaires à une forte  mobilisation autour du PNDS pour permettre au gouvernement d’améliorer ses offres de services en matière sanitaire. Selon elle, il s’agit de travailler en synergie et en complémentarité pour l’atteinte des objectifs. Elle a rassuré de la disponibilité de l’OMS à accompagner le Togo dans ses efforts dans le domaine sanitaire.

AAA