L’ANC dénonce et condamné les violences militaires perpétrées sur les populations togolaises dans les préfectures d’Agoènyivé et de Tchaoudjo.

Depuis la nuit du 22 au 23 novembre 2019, au motif d’une « attaque insurrectionnelle », certaines localités des préfectures d’Agoènyivé et de Tchaoudjo sont investies par des éléments des forces de l’ordre et militaires qui y sèment la terreur au sein des populations. 

Plusieurs responsables de l’ANC ont eu l’occasion de dénoncer cette violence sur les médias.

L’ANC  réitère sa condamnation de ces violences, bastonnades, arrestations abusives, et intimidations dont l’objectif inavoué est de créer une psychose au sein des  paisibles populations à l’approche d’une échéance électorale importante pour le peuple togolais, le scrutin présidentiel de 2020, pour les contraindre à se réfugier dans les pays voisins…

Le bilan de cet acharnement est d’un mort, de nombreux blessés graves et des dégâts matériels importants.

L’ANC présente ses condoléances à la famille éplorée et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

Elle exige la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées.

L’ANC appelle les populations togolaises à rester vigilantes et déterminées pour mettre un terme en 2020 au régime Rpt/Unir.

    Fait à Lomé, le 02 décembre 2019

Pour le Bureau National,

Le Vice-président

Patrick LAWSON-BANKU