L’artiste plasticienne Caroline Guèye sur les pas de Paul Ahyi.

A cheval entre le Sénégal et la France, la Franco-togolo-sénégalaise Caroline Guèye a du sang artistique. Elle est fière de l’avoir. Ingénieur en physique atmosphérique (radioprotection et sûreté nucléaire), elle a su écouter et mettre en pratique les conseils de son grand-père, Paul Ahyi. Ce dernier, dont les œuvres parlent d’elles-mêmes lui a toujours recommandé de faire la physique mais de ne jamais lâcher le crayon.

Même si elle reste toujours admirative de l’immensité des créations artistiques de Paul A., Caroline se fraye aussi son propre chemin. Une sorte de suite logique de ce qu’a entamé ce géant du monde l’art connu tant au Togo qu’à l’extérieur.

Pour une première fois, elle pose ses valises au Togo précisément dans la capitale Lomé. Entre découvertes de sa ville tant désirée, participation à l’inauguration du Palais des gouverneurs et inauguration d’un musée portant le nom de son grand-père Paul Ahyi, elle ne cache pas sa joie de se retrouver au bercail.

Le déclic

L’astrophysique a conquis le cœur de Caroline Guèye. Mais sa passion d’enfance finira par avoir raison d’elle lorsque ces œuvres ont commencé par épater son entourage.  Son retour à l’art a été motivée par une galeriste par un concours de circonstance. « A New York, j’ai rencontré une galeriste à qui j’ai montré mes tableaux et elle les a pris pour sa gallérie. En ce moment, j’avais fini mon parcours et tout ce qui était création relevait plus de mon passe-temps », nous raconte-t-elle lors de son passage à Lomé, la capitale togolaise.

Cette scène sera non seulement le déclic mais un début d’une véritable consécration à l’art comme principale activité. Elle a tout laissé pour l’art en commençant par son travail.  « J’ai commencé par montrer mes tableaux à mon entourage. Avec le temps, j’ai démissionné de mon poste pour ne poursuivre que dans l’art. Je suis complètement dévouée à ça », explique Caroline G. avec beaucoup de sérénité.

Laisser la science mais pas totalement

Caroline Guèye a de façon professionnelle choisi de ne pas travailler dans son domaine de base. Mais elle ne foule pas au pied ses connaissances dans le domaine de l’astrophysique. Aujourd’hui, elle s’en sert pour en faire des créations, créer un monde de lignes, de géométries, des tableaux dont les racines sont ancrées dans la science. « J’associe la science et l’astrophysique dans mes créations. Je m’inspire des théories scientifiques pour faires mes œuvres », précise Caroline.

Une exposition très bientôt à Lomé

A la question de savoir à quand une première exposition à Lomé, Caroline Guèye répond avec beaucoup de sourire : « bientôt, très bientôt. J’aimerais pouvoir montrer mon travail dans mon pays ».

Et pour le thème, ce sera « Art et sciences. Ce sont des concepts intéressants. Il y a des technologiques avec lesquelles nous vivons sans s’en rendre compte ». Selon elle, il serait plutôt intéressant de faire une exposition qui nous fasse prendre conscience de l’importance de la science dans notre quotidien.

Caroline Guèye reconnait la grandeur de son grand-père. Elle lui voue beaucoup d’admiration mais compte travailler très dur comme lui. « Il y a encore beaucoup de travail qui m’attend », conclut-elle.